jeudi 1 octobre 2020

Mensuel Octobre 2020 / N°334

 Mensuel de diffusion d’informations sur l’oralité,

les conteurs et les raconteurs.

octobre 2020 – N°334

P 912122 Bureau de dépôt LIEGE 1–4000  

Editeur responsable: Marie-Claire Desmette, av. E. Ysaÿe, 32/224  4053 Embourg

 

Au sommaire, ce mois-ci:

- Des articles

- Un mois, des contes

- Nouvelles du monde du conte, ….

- Spectacles – Balades –Veillées

- 1 histoire – 1 conte

 

 

Maison du Conte de Liège                                                                                           Ferme des enfants

 

Spectacle pour les petits et les grands avec Belgazou,  Laure Cech, M-Cl Desmette,

Roger Janssen et Michelle Troupin

 

quand ? le 7 octobre à 16h30                  où ? Ferme des enfants, vieille Voie de Tongres, 48, 4000 Liège

combien ? au chapeau                            pour qui ? tout public à partir de 5 ans

réservation obligatoire pour assister : reservationmaisonconteliege@gmail.com

Laure Cech: 0497/61.51.05; Cécile Didelot: 0476/65.37.83

infos : 04/367.27.06 ; 0497 61 51 05 ; 0476 65 37 83 ;  www.maisonduconteliege.be

Nous y célèbrerons le mois du Troll.  Se munir de bonnes chaussures.  Maximum 50 personnes.

Distanciation sociale. Masque conseillé.

 

 

Maison du Conte de Liège

Samain païen, chrétien

 

quand ? le 7 novembre à 20h                                où ? lieu à préciser

combien ?   au chapeau                                        pour qui ? ados et adultes

réservation obligatoire pour assister et conter : reservationmaisonconteliege@gmail.com

Laure Cech: 0497/61.51.05; Cécile Didelot: 0476/65.37.83

infos : 04/367.27.06 ; 0497 61 51 05 ; 0476 65 37 83 ;  www.maisonduconteliege.be

Samain, la première des 4 fêtes religieuses celtiques, célèbre le passage d’une année à l’autre et l’ouverture du monde des humains vers celui des dieux.  A été christianisé en Toussaint.

 

 

 

 

Le mot du Président,

 

Notre « VEILLEE du 7 » est partie en vadrouille au bal masqué.

Eh oui ! C’est une fois le 5 ou le 8 et même le 11.

Nous finirons peut-être à ne plus la reconnaître ?  Non, non,  elle se confine,  garde les gestes barrières, trouve les bonnes solutions pour continuer à nous charmer dans les meilleures conditions.

 Ce n’est pas les « 7 merveilles du monde » … mais presque,  je pencherai plutôt vers les « 7 couleurs de l’arc en ciel » ou les « 7 notes de musique ».

Tournons 7 fois notre langue dans la bouche et après  proclamons  bien fort : « notre « Veillée du 7 » est et reste notre emblème dès que le déconfinement nous le permettra. »

                                                                                                                             Roger

 

J’ai lancé un appel aux conteurs : où avez-vous conté ? 

Il y a été répondu avec générosité et abondance.  Merci à Marie-Rose Meysman, Pascal Guéran,

Ria Carbonez, Pierre de landes, Marino, Michelle Troupin, Muriel Durant. (J’espère que je n’oublie personne)

 

Culture entre soi /culture de tous

 Edito

Lors de la Grande Marche (voir Mensuel d’août) un des organisateurs a posé le problème d’une certaine forme de « culture entre soi » et l’a regrettée.

            Il faudrait d’abord se demander ce qu’est la culture.  Première prudence, ne pas se lancer dans une définition de la culture.  Deuxième prudence, ne pas se lancer dans une définition de ce que n’est pas la culture.  Seulement me poser quelques questions.  Les lieds de Schubert, c’est de  la culture. Les chansons actuelles écoutées par un grand nombre de personnes, c’est de  la culture ?  Oui ? Non ?  Un souper moyenâgeux dans un château, c’est de  la culture.  Boudin, purée, compote, menu traditionnel à la salle de fête du village, c’est de la culture ?  Oui ? Non ?  Je pourrais continuer comme cela longtemps.

            Des correspondtants.es sont plus courageux.ses, une définition de la culture ne leur fait pas peur.

Pour moi, la culture, c’est d’abord un moment privilégié, un moment où  l’on se pose, où l’on écoute, où l’on regarde.  C’est un partage, une émotion.  L’émotion a été suscitée et c’est cela l’important.

Selon les générations, la culture prend des formes très différentes.  L’art se retrouve sur les murs ou dans la rue, streetdanse ou streetart, concert de DJ plutôt que de Mozart.

            La culture est simplement une manifestation multiple de l’expression et des émotions à l’adresse d’un public.  Elle peut paraître « incorrecte » pour certains et « parler » à d’autres personnes.  Avec la technologie actuelle la culture peut s’exprimer d’une manière beaucoup plus large qu’auparavant.  Lorsqu’au pied de Notre Dame des jeunes dansent en rue ou font des tours c’est de la culture populaire.  Elle amène un public qui s’arrête, s’émerveille un moment de la performance de l’artiste.  Il jette une pièce dans le chapeau et reprend sa vie enrichie de cette rencontre fugace.  N’oublions pas que même à Auschwitz il y avait « une forme de culture » pour maintenir un reste d’humanité.

            Pour ne rien vous cacher, mon but est de proclamer que le conte n’est pas de la culture « entre soi » Je n’en veux pour preuve que tous les endroits où les conteurs ont conté et on amené un public.  Dans le désordre et par ordre d’arrivée :

Balades contées à travers la campagne, la ville, un bâtiment.  Sur les place, près d’une fontaine, dans un bateau, dans le métro.  Dans une prairie, dans un parc, dans la forêt, dans un tunnel.  A l’église.  Dans une maison privée, sur une aire d’autoroute, dans un ascenseur.  En prison, en maison de repos, à l’hôpital, à l’école, école de devoir, centre de jour pour handicapés mentaux, centre de jour en psychiatrie, institutions d’aide à la jeunesse.  A un mariage, un anniversaire, une fête de famille, des funérailles.  Au restaurant, à un barbecue, un bar, un camp scout.  Pour des aveugles.  Pour des sourds avec traduction en langue des signes.  A l’université.  Au cimetière pendant le jour, au cimetière à la nuit tombée.  Dans une case traditionnelle en Nouvelle-Calédonie.  Sur un rocher, à la montagne ou face à la mer.  Au lever du soleil, au coucher du soleil.  Sous les étoiles.  En randonnée à vélo, à cheval, en canoë.  Au coin du feu, dans une cabane, dans un centre de vacance, à la mutuelle, dans la rue.  Chez un costumier, une potière, un apiculteur, dans un rayon lingerie à la Saint Valentin, à la caisse du supermarché, dans les égouts, au cœur d’une grotte, le long des murailles d’un château, dans une foire agricole, dans une réserve naturelle.  Dans un bunker pour la Journée du Patrimoine, sous un chapiteau, en montgolfière, dans un parc d’attraction, dans un labyrinthe de maïs, au milieu des HLM, dans une SAD, dans les associations, à l’aéroport.  Pour une cérémonie d’inauguration institutionnelle, pour des dignitaires, une seule personne, au creux de l’oreille …  Dans une auberge de jeunesse, une maison médicale, une boutique, un café, un charbonnage, une cour d’immeuble, un couvent, une salle des fêtes, une grange, un hôtel de ville, un jardin, une maison d’aide à la jeunesse, un manège équestre, le planétarium, sous un arbre, dans la neige, sous la pluie.  Dans une librairie, une voiture à cheval, à la radio, à la télé, une agence de voyage, une salle des fêtes, une cave, un garage, un moulin à eau, une mairie, une foire commerciale, le local de l’anges ! …..

            Parmi les spectateurs, il y a ceux qui ne sont jamais entrés dans un théâtre, un musée, une salle de concert.  Certains l’on fait parfois.  D’autres souvent.

            Bien sûr, contes et conteurs sont, ont été et seront présents dans le lieux habituellement considérés comme culturels, où les spectateurs sont venus pour écouter.  Théâtres, centres culturels, festivals, bibliothèques.  Sur une grande scène pour la télévision internationale.  Contes et conteurs sont heureux de rencontrer ce public-là aussi, ne boudent pas leur plaisir de bénéficier de bonnes conditions techniques et d’un public averti et attentif.

            Des endroits proches, familiers, attendus.  D’autres étonnants.  Où le conte n’a-t-il pas sa place ?  Quel n’est pas son public ?  On vous le demande !

            Je dirais que le conte réconcilie les différents aspects de la culture.  Nous y sommes attentifs dans notre pratique.  Est-ce une des raisons de notre plaisir de conter, de travailler pour le mieux possible ?  Une des justifications de notre métier ?   Je réponds un grand oui et plus le temps va, plus j’en suis persuadée. MCD


________________________________________________________________________________________________

 

« Cont'acte » - Covid – Nouvelle Gouvernance de la Culture

              

Cont'acte (pour  rappel la Fédération des Opérateurs culturels du Conte- en résumé Maisons du Conte de Charleroi, Namur, Liège, Jodoigne, Bruxelles (maintenant Théâtre de la Parole), Dimanches du Conte, Conte en balade, Chiny cité des contes) poursuit son action comme fédération professionnelle reconnue.

 

               La rentrée scolaire (et l'allègement (très) progressif des mesures Covid) a aussi marqué la mise en place effective du décret « Nouvelle Gouvernance de la Culture » voté au printemps 2019, sous « l'ère Greoli » et mis en place par la nouvelle Ministre de la Culture Mme Linard et son administration, avec les principaux enjeux, caractéristiques, difficultés et péripéties de cette mise en place.

 

Notez que dans la Chambre de Concertation des Arts Vivants (en résumé Théâtre(s), Arts de la rue et cirque, Danse, Conte) se retrouvent des « personnes morales » : les fédérations professionnelles reconnues (qui y délèguent un.e représentant-e), pour le conte il s'agit de la « Fédé des conteurs » et « Cont'acte » ; elle s'occupe plutôt des problèmes généraux de type « législatif ».  La Commission d'Avis des Arts Vivants s'occupe elle des dossiers concrets (dossiers de subventionnement des associations, compagnie, artistes ...). Elle est constituée de personnes physiques : des experts de chaque secteur qui déposent, en leur nom, leur candidature et parmi lesquels la Ministre (via son administration) choisit, selon les critères décrétaux (notamment la parité de genre), le nombre de duos (effectif/suppléant) dévolu (par décret) à chaque secteur. Cette sélection est soumise à l'avis (non contraignant) des fédérations professionnelles du secteur correspondant. Pour le conte, trois « duos » ont été retenus jusqu'à présent (Christine Andrien et Christine Horman, Véronique de Miomandre et Roxane Cazorzi, Ahmed Haziz et Bernadette Heinrich). Le quatrième n'a pas été « nommé », malgré des candidatures déposées, en mettant en avant le critère de parité H/F (déficit de candidats experts masculins).  Cont'acte a pris la décision de prôner la mise en place d'une représentation basée sur les candidatures déjà rentrées plutôt que de susciter de nouvelles candidatures masculines. La suite aux mains du Ministère : s'attachera-t-il à la (presque) parité prônée par le décret ou sera-t-il plus pragmatique et réaliste (le conte francophone et les candidatures d'expertes sont en majorité féminines) ?

 

En amont de la mise en place de la nouvelle gouvernance et du travail à venir de ces commissions (mandat de 5 ans), plusieurs des membres de Cont'acte ont abattu un très gros travail dans des « groupes de travail » et « commissions de circonstance (Covid )» de façon à ce que l'on prenne des mesures de soutien aux artistes et associations culturelles et de façon à préparer l'avenir. Ceci a donné lieu à un texte fourni « Un Futur pour la Culture » qui doit servir de base à un redéploiement et une réorientation de la Culture en CFWB ; ce travail sera repris notamment par les chambres de concertation.

 

La Fédé des conteurs et Cont'acte, chacune avec leurs caractéristiques et points de vue singuliers et communs, devront se concerter de façon à agir avec plus de poids en faveur d'une reconnaissance globale accrue du secteur conte.

 

Cont'acte a aussi soutenu la promotion d'Histoires d'être en lien  encourageant les particuliers à « engager » des conteuses/conteurs pour leurs événements privés ; il a aussi permis de compléter le défraiement dans des cas où celui-ci était (trop) en-dessous de conditions « décentes ».

 

Enfin, le futur se prépare. L'événement « Propulse » (sorte de méga journée professionnelle pour les spectacles des Arts Vivants) a officiellement intégré le conte, notamment par l'intégration d'un expert conte de Cont'acte dans son équipe de visionnage/sélection, en la personne de Jacky Druaux. Les candidatures pour faire partie de l'événement « Propulse » (fin janvier 2021 ?) se font jusque fin septembre. Les experts visionneront les spectacles à sélectionner au cours du dernier trimestre 2020. Cont'acte organisera dans ce but deux « vitrines » : le 15/12 à Charleroi (Théâtre Marignan) et le 16/12 à Bruxelles (Centre Breughel).

 

La Maison du Conte de Liège est sans doute un peu « à part » parmi les autres associations de Cont'acte vu qu'elle n'est pas (encore) subventionnée et n'a pas d'employé(e) mais elle a toute sa place pour soutenir le monde du conte et relayer les actions dans la région liégeoise, notamment via son mensuel et cet article.

 

En espérant vous avoir intéressé, cordialement,

 

                                                                    Philippe, représentant la Maison du Conte de Liège à « Cont'acte (Toutes les approximations, raccourcis, interprétations subjectives  voire erreurs sont de ma seule responsabilité).

________________________________________________________________________________________________

             « Dans l’écriture de l’histoire il y a un effacement qui est délibéré à partir des XVe, XVIe siècles, des femmes qui ont combattu mais aussi des femmes qui ont gouverné parce que c’est à peu près la même chose, l’exercice du pouvoir suprême qui va jusqu’à fait de porter les armes et de mener les peuples. Cette histoire, en général bien connue de nos ancêtres, ne nous est pas parvenue. Elle est rentrée en contradiction avec le récit national, la mise au point de la loi salique… » Eliane Viennot (envoi de Gaëtane Windels)

 

Vous en connaissez, des histoires de femmes dans l’Histoire ? Envoyez-les nous, cela fera un beau thème      pour un prochain Mensuel

________________________________________________________________________________________________

? Les cœurs meurtris croient toujours voir un rai de lumière filtrer à travers les paupières cousues de l'univers. Régis Fabro

 

? On accepte des choses qui sont un peu démentielles : dans les avions, il n’y a pas de distanciation et dans un opéra ou un théâtre, il y a beaucoup plus de possibilité de  le faire, mais les restrictions sont plus grandes. Marc Laho

 

? L’idée que la réalité n’est pas seulement telle qu’on la perçoit en surface, qu’elle a également une dimension magique et que s’il vous en prend la fantaisie, il vous est totalement loisible de l’exagérer, de la colorier afin que votre passage ici-bas ne soit plus aussi terne. Isabel Allende

 

UN MOIS, DES CONTES A LA BIBLIOTHEQUE DE FLORENVILLE



Le saviez-vous ? La bibliothèque de Florenville, en partenariat avec l’Asbl Chiny Cité des contes, abrite un Fonds spécialisé « contes » très étoffé. Des albums, recueils, anthologies, théories du conte, quelques revues, des CD,… destinés aux adultes comme aux enfants. Une collection riche de près de 1900 ouvrages, l’une des plus importantes en Communauté française. La diversité des ouvrages permettra par exemple d’alimenter la hotte d’un conteur, d’animer un après-midi récréatif, de servir le travail d’un étudiant, d’animer une journée auprès des aînés, de nourrir l’imaginaire avant d’aller dormir.

Chaque mois de cette année 2020, nous vous proposerons une sélection de 4 ouvrages :

Octobre – Chaperon Rouge à l’honneur

 

RECUEILS :

·        Anne-Marie Garat, Une faim de loup, Arles, Actes Sud, 2004. Sollicitant la psychanalyse, l'étymologie, l'histoire littéraire et l'histoire tout court, Anne-Marie Garat propose une interprétation inédite du plus célèbre conte de Perrault.

· Myriam Mallié, Le Petit Chaperon Rouge, Noville-sur-Mehaigne, Esperluète Editions, 2009. On connait surtout la version de Perrault, celle qui se termine en substance par « Gardez vos filles chez vous, surtout si elles sont jeunes et jolies, le monde est plein de loups. » Mais comment les filles pourraient-elles apprendre à vivre selon ce qu’elles savent de leurs propres forces si on élimine autour d’elles toute occasion de désir et de peur ?C’est cette interrogation qui soutient la réécriture du conte par Myriam Mallié.

ALBUM :

·        Gianni Rodari, Quel cafouillage !, Paris, Kaléidoscope, 2005. Il existe beaucoup de versions détournées du Chaperon Rouge. Celle-ci est particulièrement jubilatoire : grand-père, lancé dans l’histoire du Petit Chaperon Rouge, n’a pas la mémoire fidèle et raconte n’importe quoi, de quoi faire réagir sa petite-fille en même temps que les jeunes oreilles.

CD :

·        Dominique Flau-Chambrier, Il était une fois… Le Chaperon Rouge, Arc-en-ciel, 1996. Un conte modernisé, mis en musique et en chansons, pour les plus jeunes.

 

Infos :

Bibliothèque : rue de l’Eglise, 13 – 6820 Florenville

061/ 32 03 40 - www.bibliotheque-florenville.be bibliotheque.locale.florenville@province.luxembourg.be

________________________________________________________________________________________________


Nouvelles du monde du conte, des arts vivants, de la politique, des épidémies…

 

·      Le 6 septembre 2020 après-midi, au Monts des Arts à Bruxelles, #stillalive, rassemblement de la culture, des arts et de l’événementiel pour réclamer davantage de soutien des autorités.  Les manifestants masqués étaient divisés en bulles de 400 personnes.

 

·      Au lendemain de la grande manifestation #stillalive, la Ville de Bruxelles annonce qu’elle autorise les lieux culturels à retrouver un taux d’occupation entre 50 et 70 %.

Philippe Close, Bourgmestre de la Ville de Bruxelles et Delphine Houba, Échevine de la Culture, du Tourisme et des Grands événements, ont entamé une série de rencontres avec les différents lieux culturels, salles de spectacles et de concerts situés sur le territoire de la Ville de Bruxelles. Objectif : envisager avec eux la possibilité d’octroyer des dérogations à la règle de limitation de public en salle visée à l’article 8 de l’Arrêté ministériel du 22 août 2020 – et ce conformément au protocole de base pour le secteur culturel mis à jour le 26 août par la Ministre de la Culture pour la partie francophone, et par le Ministre compétent pour la partie néerlandophone.

Sur Twitter, Philippe Close s’est exprimé : « Le secteur culturel a besoin de perspective. (…) Les Bruxellois ont besoin de la culture et il est possible de vivre avec le virus tout en profitant des activités culturelles. »

L’objectif est un retour à un taux d’occupation de 100 % d’ici novembre, indique le communiqué.

Pas seulement les Bruxellois !  Les Liégeois, les Montois, les Namurois, et tous les autres, grandes villes ou petites localités, tous les acteurs culturels ont besoin de perspective, d’avenir, tous les habitants ont besoin de « culture ».  Pas seulement des grandes salles.  Mais aussi des petites.  Ce n’est évidemment que mon désir !MCD

 

·      Les chevaliers du covid. Dans l’île de Gotland, dans la Baltique, des cavaliers sont déguisés en chevaliers du XIIième siècle.  Ils  ont été enrôlés par les autorités pour faire respecter les gestes barrières par les touristes.  Ils portent des bannières avec ces recommandations.

 

·      Au temps de Galien, un médecin grec dans l’empire romain. Livre cité par le Bulletin d’information de la Fédération royale des Professeurs de Grec et de Latin.  On y trouve la mention d’une pandémie (sans doute de variole) qui a décimé l’empire romain au deuxième siècle.  Elle est partie d’Asie, a suivi les légions, s’est répandue dans les circuits économiques et les mégapoles.  Le monde médical s’inquiète du caractère inconnu de la maladie, recherche des remèdes.  La contagion est inconnue dans l’Antiquité.  On parle plutôt d’un nuage toxique.  Galien a écrit un traité sur le sujet.

 

·     Le Groupe de réflexion sur la relance de la culture chargé par la ministre d’imaginer la relance à très court terme a rendu son  rapport.  Entre autre : s’informer sur les publics, aller à leur rencontre, tourisme-art de la rue- valorisation du territoire, importance des tiers-lieux : café-concert, garages, anciennes églises, bibliothèques, espaces associatifs.  D’abord les recenser, puis étudier les bonnes pratiques.  Nous avons maché le travail de ce dernier point. (voir plus haut).  Plutôt que de se fatiguer à découvrir l’eau chaude, nous demander notre expérience ?

 

·      Dans le Périple de Baldasare, Amin Maalouf consacre quelques lignes à la peste à Londres en 1648.  Les nantis qui peuvent fuir, les pauvres coincés, l’ignorance, le dévouement de certains.  Pourquoi certains ont-ils survécus ?

 

·      Don Bosco, fondateur de l’ordre des Salésiens, s’est intéressé aux enfants abandonnés, délinquants.  Il les rassemblait, les amusait, les instruisait.  Il s’est attiré la colère de certains jusqu’au jour où ces enfants-là se sont dévoués aux victimes d’une épidémie de choléra en 1854-55.

 

·     Une anecdote sur l’actualité qui nous renvoie à l’éditorial. Un cinéaste français avait besoin d’un acteur parlant avec l’accent bruxellois.  Annie Cordy lui a renseigné par écrit le « lange Jojo ».  Au téléphone, le français a demandé « l’ange ».  Le grand Jojo a cru que c’était une blague.  Il n’a donc pas répondu.  Une belle occasion ratée pour lui. 

Cela m’a rappelé une anecdote racontée par un conteur.  Il était programmé dans une foire commerciale.  On lui a dit qu’il conterait dans le local « lange »  Il a compris l’Ange.  D’accord.  En réalité, il s’agissait du local pour langer les bébés.  Il a été interrompu, il ne sait plus combien de fois par des personnes venues langer leur bébé.

 

·      Du rififi football-culture ? 100.000 spectateurs au Standard (réduit à 75.000 ?).  Port du masque, organisation de la distanciation sociale.  Salle de culture ? 200 spectateurs, quelle que soit la dimension de la salle et les possibilités d’organiser la distanciation sociale.  400 en extérieur.  Le milieu culturel, surtout flamand, s’est indigné des privilèges accordés au football.  Les demandes du monde du spectacle profiteront du travail abattu par la Pro League. « Pas très fair play d’avoir gueulé sur le foot et profiter de son travail par la suite »  Attendons de voir ce qui adviendra pour les cultureux.

 

·      Mégaconsultation des artistes auteurs lancée par Scam-SACD concerne spécialement les auteurs compositeurs.  Les organisateurs suggèrent que les fédérations professionnelles se livrent à cet exercice via visiblesensemble.citizenlab.co.  Points les plus importants : faire le point sur la situation actuelle des artistes, faire apparaître les invisibles, lancer des pistes pour l’avenir et imaginer des choses nouvelles.

 

·      Statut de l’artiste, proposition du MR.  Les points principaux : faire sortir l’artiste du chômage et lui assurer une allocation stable.

 

·      Statut de l’artiste et administrations fiscale Aujourd’hui, le problème reste entier. La piste d’un « ruling » (accord préalable) négocié avec l’administration fiscale n’est plus d’actualité. Selon le cabinet Linard, l’administration générale de la Culture négocie à présent avec l’Inasti, la sécurité

sociale des travailleurs indépendants.

Terminons tout de même par une nouvelle positive. L’organe qui chapeaute l’ensemble de cette « nouvelle gouvernance culturelle », le Conseil supérieur de la Culture, tiendra sa première réunion le mardi 29 septembre. A ce stade, on pourra estimer de manière symbolique que la gouvernance nouvelle a fait sa

rentrée. 

 

·      Parité homme/femme dans la commission d’avis des conteurs.  De nombreux mails se sont échangés sur le sujet, avec des arguments aussi contradictoires que pertinents les uns que les autres.  Le problème n’est certainement pas que les femmes font obstruction à la présence des hommes (je ravale une remarque sexiste).  Simplement, il manque de candidats hommes.  La faute à qui ?  Ne faudrait-il pas arriver au point où le genre n’aurait aucune importance mais bien la compétence ? Ce n’est jamais que mon avis MCD

·      Aide financière du Gouvernement wallon à la culture. Une partie des aides à l’emploi a été élargie pour soutenir les artistes grâce à l’assouplissement de « Impulsion 12 mois + ».  L’engagement d’artistes pourra être favorisé par le biais d’une aide aux employeurs pendant une durée de deux ans.

 

·      Plan Droits des femmes de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Entre autres la place des femmes dans le secteur de  la culture.  Introduire une dimension genrée dans la sélection des projets culturels, conditionner les subventions à la présence d’une clause anti-sexisme dans les contrats de travail et la structure dirigeante de l’organisation. 

 

·      CNS. Le prochain aura lieu le 23 septembre.  Des nouvelles pour le secteur culturel ?

_______________________________________________________________________________________

 

.Message important à nos amis conteurs et organisateurs de spectacle

 

·      Envoyez-nous vos informations avant le 14 du mois précédant la publication,

·      un mois plus tôt pour les formations,

·      complètes et lisibles,

·      par poste à Marie-Claire Desmette, av. Eugène Ysaÿe, 32/224  4053 Embourg.  Tel : 04/367.27.06.

·      ou par courriel à maisonconteparole.liege@gmail.com                                         

·    Ne comptez pas sur les organisateurs de spectacle. Envoyez-nous vous-mêmes vos infos.

 

Idéalement, vos informations comportent:

organisateur,                           titre,                        genre d'activité,                       artiste(s),

date et heure,                           lieu,                        prix,                                       public cible,                       coordonnées pour infos et réservations,                           max. deux lignes de commentaire

N.B. Aucune mention tout en majuscules, svp.

C'est vous qui nous envoyez vos informations.

Veuillez ne pas les noyer dans une mise en page compliquée Epargnez-nous les recherches, l'exploration.

Merci d'épargner le travail bénévole de toute l’équipe

___________________________________________________________________________________________

 

Spectacles – Balades

 

Théâtre de la Parole

 

- le 2 octobre  à 19 :00, Le fil dévie par  Mathilde Bensaïd. + 10 ans. Paf : 10€, 8€ réduit.

Partis pour ne pas mourir sous les bombes, partis pour survivre à l’ennui ou la vieillesse, partis pour pouvoir aimer, partis pour pouvoir dire le monde, pour être libre…

 

- le 3 octobre à16 : 00, Arête par Mathilde Bensaïd. + 2 ans |  Paf : 8 adulte, 6 réduit, Pass Contes, galettes et chocolat

De grands poissons et de petits poissons qui n’arrivent pas à s’entendre, de grands poissons et de petits poissons qui se disent non pour mieux se dire oui, qui se perdent et se retrouvent.

 

- le 4 octobre à14 : 00, Brume par Anne Borlée. 5 ans. 8 adulte, 6 réduit, Pass Contes, galettes et chocolat

Il était une fois... dans Les Temps Lointains...dans un rêve qui traversa les mondes... Une vaste forêt, des enfants aux pouvoirs étonnants, une guérisseuse, une renarde, une Vieille aux traces étranges...

 

- le 4 octobre à 16 : 00, Balade contée pour les petits par Anne Borlée, Gilles Kremer et Mathilde Bensaïd.

      à partir 5 ans. Au chapeau 

Qu’est-ce que l’on entend quand on se promène près des étangs ?  Des conteuses et un musicien… Alors les voix résonnent, les notes s’élèvent et les histoires chatouillent les oreilles.

 

- Du mercredi 28 octobre au samedi 31 octobre FESTIVAL Paroles de résistance

Comme il est difficile de dire un territoire, d’en cerner les contours, d’en évoquer la texture, l’épaisseur, la réalité…

Nous vous invitons à partager ces questionnements avec nous dans la joie et le titillement nécessaire au cours de cette troisième édition du festival Paroles de résistance, un projet du Théâtre de la parole réalisé cette année en étroite collaboration avec l’Espace Senghor. Ce lieu, dont le nom symbolise à lui seul toute la complexité d’une résistance face à l’oppression, aux choix difficiles qui y sont liés, fera plus qu’accueillir le festival, il lui donnera une attention vraie et une ampleur particulière en y apportant des propositions neuves.

 

Toutes les informations détaillées sur www.theatredelaparole.be Info@theatredelaparole.be - 02.736.69.50

____________________________________________________________________________________________________________________________

 

où ? 7d, rue du Rouge Cloître, 1160 Auderghem. infos, réservations : 02/736.69.50 ;. info@maisonducontebxl.be.

 

Maison du Conte de Charleroi

 

- le 6 octobre à 20h, Indicibles Territoires par Hélène Bardot, Sophie Clerfayt, Christine Métrailler  

      + 12 ans. 9€.

Paroles tissées autour de la question : «  C’est quoi mon territoire ? Racine ? Ancre ? Mycellium ?... ».Liens entre les interventions directes des artistes et la diffusion sonore dans un espace scénique particulier.

 

- le 31 octobre à 20h,  Halloween Mari-night. Familial. Enfant 5€ Accompagnant 3€

Couloirs, portes dérobées secrets du Marignan où les vampires, dragons, sorcières et autres fantômes viendront à la rencontre des enfants à travers des contes frissonnants et parfois rigolos…

 

- le 31 octobre à 21h, Halloween. : + 15 ans

Balade contée nocturne et frissonnante.  Etes-vous prêt à découvrir dans une ambiance glauque des contes et des histoires bizarres ?

_____________________________________________________________________________________________________________________________________

 

où ? Théâtre Marignan, boulevard Joseph Tirou, 6000 Charleroi

infos, réservations : 0495 ; jackydruaux@hotmail.com

 

Conte en balade

 

Quand on n'a que la mer avec Julie Boitte, Don Fabulist et le violoncelliste Corentin Dellicour

 

quand ? le 11 octobre à 14h et 16h                où ? Pierre Papier Ciseaux, rue Hôtel des Monnaies 107, 1060 Saint-Gilles

combien ? 7€ / 4€ -12 ans                               infos, réservation obligatoire : 0497/78.20.75 ; info@conteenbalade.be

Que ce soit sur la crête de vagues ou au plus sombre des abysses, la parole contée se fait liquide afin de se fondre avec la texture des mots de la poésie. Rencontre intime, sombre et lumineuse.

+ dégustation de chocolat. Accès PMR, excepté toilettes

 


Sous l'œil de la chouette par Madannie

 

quand ? le 17 octobre à 20h,                           où ? au Le Livre ou Verre , passage de la Bourse,, 6, Charleroi Ville basse

infos, réservation : réservations : 0470 70 62 99 ; www.madannie.be

Contes entre deux mondes

 

Contes pour adultes par Jeanne la contesse

 

quand ? ?                                                                 Bibliothèque des Chiroux à Liège

combien ? gratuit                                                   infos : 04/279 52 73 ; jeanne.godenne@provincedeliege.be

De plus amples informations sont attendues

 

Promenade contée dans la Réserve naturelle de Lens sur Geer par Jeanne la contesse

 

quand ? le 18 octobre à 14 h                                 où ? RV Devant l'école, Rue Général Lens 14a, 4360 Lens-Sur-Geer

combien ? Gratuit

infos, réservation obligatoire : 019 54 60 05 ; bibliotheque@oreye.be

La réserve naturelle de Lens sur Geer (Oreye) est connue pour sa roselière, et ses oiseaux aquatiques. Venez, quelle que soit la météo ! En cas de mauvais temps, une solution de repli à l'abri est prévue.

 

Vos oreilles ont la parole

 

Les sœurs grenues, Contes en musique et en chanson, avec Eurgen, Justine Bahl

 

quand ? le 18 octobre  à 17h, à la Maison des Arts, Eupen. Tout public

               le 25 octobre à 15h, au Chalet du Champ du Feu, Eupen.  A partir de 8 ans.

infos : www.eurgen.fr

 

Cont’émoi                                         Centres Culturels de Doische, Florennes, Viroinval, Walcourt, et Philippeville

 

Mon spectacle Par Hélène Désirant

                                                               

quand ?  le 23 octobre à 20h                                                                     où ? à Doische (Romerée)

combien ? Ados.8€/étudiant 4€                                                                pour qui ? dès 12 ans

infos, réservation :  071/66.23.03

As-tu perdu ta femme ? As-tu un mari petit, trop petit ? Veille commère, ton cul a-t-il la toux ? J’osais dire les mots qui troublent, sensuels, impertinents, irrévérencieux, miroir de la vie.

 


Le jardin ensorcelé, Balade contée par la troupe des Tous Contes Fées

 

quand ? le 23 octobre   à  19h                                        où ? Parc de la Maison Communale de Flémalle (sous réserve)

                                                                                                 287, Grand' Route,  4400 Flémalle-Haute

pour qui ?  tout public dès 8 ans                                    combien ? 4€

Réservation  souhaitée au 0476 68 00 73_Tina ; infos : www.touscontesfees.com

Au détour d’un lumignon, derrière un arbre ou un buisson, sous un caillou  ou un marron, se cache une histoire de sorcières, de sorcellerie et de frissons

 

Maison du Conte de Namur

Babil de contes avec Karine Moers

 

quand ? le 25 Octobre à 10H30                             où ?  Maison du Conte, rue des Brasseurs, 170/2, 5000 Namur

combien ?  3€                                                          réservation obligatoire :  0489/933.598
Des histoires pour les petits en dessous de 4 ans, et pour les parents, grands-parents et amis, qui les accompagnent.

 

 

 Formations - ateliers

 

 

Maison du Conte de Namur

 

Kotendimina, Atelier de lecture par Chantal Nève-Hanquet,

 

quand ? le 17 octobre à 14H30                                   où ? Maison du Conte, rue des Brasseurs, 170/2 5000 Namur

combien ? 8€                                                                 infos, réservation :  0489/933.598
Une lecture collective pour découvrir en quoi les récits anciens nous interpellent encore aujourd’hui. Un échange libre et détendu autour d’un conte africain.

 

Ligue de l’Enseignement et de l’Education permanente – Mons, Borinage, Centre

 

Une belge écriture par Michel Voiturier

 

quand ? les 24 et 25 octobre de 10 à 17h                         où ? lieu précisé au moment de l’inscription. A Mons

combien ? 48€ non membres                                             public : 12 personnes

infos, inscription obligatoire : 065/31.90.14

Conte bref, réalisme magique, syntaxe bousculée, inventivité, surréalisme du terroir.  Apporter de quoi écrire et un pique-nique.

 

? La période actuelle est très excitante à commencer par la pandémie.  Pourquoi ?  Parce que tout d’un coup on s’aperçoit que ça peut nous toucher tous.  Il faut trouver des solutions pour tout le monde.  Je pense que les mentalités vont peut-être bouger un peu, à cause ou grâce à ça. 

Costa Gavra

Veillées – Scènes ouvertes

 

 

v Pas de Veillée - scène ouverte de la Maison du Conte de Liège le 7 octobre.  Voir p. 1 et 2.

 

v Les Zapéro-contes Charleroi auront lieu le vendredi 9 octobre à 20h au "Livre ou Verre" , 6, Passage de la Bourse, 6000, Charleroi. Réservations indispensables pour le public au "Livre ou Verre" 0470706299. Réservations pour conter : "racontancecarolo@gmail.com"

 

v Contes du dixième jour. Le 10 octobre à 20H30 : Soirée porte ouverte.  Chaque 10 du mois, une soirée de contes pour le plaisir d'écouter ou pour s'essayer à conter, que l'on soit conteur amateur ou confirmé. N'oubliez pas de venir avec votre masque et votre mètre ruban. Ambiance conviviale assurée. Si vous souhaitez un retour sur votre prestation, n'hésitez pas à le demander à un membre de l'équipe. Pour raconter et pour écouter, une seule façon : s'inscrire au 0489 933 548
Prix unique : 3 €

 

Agenda d’octobre 2020

 

A=animations;  B=balade; C=conférence;  D=Danse; E=exposition; F=formation; Fl=festival ;

J=journée professionnelle; M=musique; R= repas;  S=spectacle; V=veillée-scène ouverte

 

£ S         01           Je te parle tout bas, Namur. Voir p. 4.

£ S         02           Le fil dévie, Bruxelles.  Voir p. 7.

£ SR       03           Arête, Bruxelles. Voir p. 7.

£ SR       04           Brume, Bruxelles. Voir p. 8.

£ S         06           Indicibles territoires, Charleroi. Voir p. 8.

£ S         07           Spectacle pour les petits et les grands, Liège.  Voir p. 1.

£ V         09           Zapéro-contes Charleroi.  Charleroi. Voir p. 1.

£ V         10           Contes du dixième jour, Namur. Voir p. 1.

£ B         11           Quand on n’a que la mer, Bruxelles. Voir p. 8.

£ S         17           Sous l’œil de la chouette, Charleroi. Voir p. 8.

£ F                        Kotendimina, Namur. Voir p. 9.

£ B         18           Dans la réserve naturelle de Lens sur Geer, Lens sur Geer. Voir p. 8.

£ S                        Les sœurs grenues, Eupen. Voir p. 9.

£ S         23           Mon spectacle, Doische. Voir p. 9.

£ B                       Le jardin ensorcelé, Flémalle-Haute. Voir p. 9.

£ S         24           Indicibles territoires, Chiny.  Voir p. 12

£ F         24-25      Une belge écriture, Mons. Voir p. 9.

£ S         25           Les sœurs grenues, Eupen. Voir p. 9.

£ SA                     Babil de contes, Namur. Voir p. 9.

£ S         28           Indicibles territoires, Bruxelles.  Voir p. 12.

£ SA       31           Halloween Mari-night, Charleroi. Voir p. 8.

£ S         31           Halloween, Charleroi. Voir p. 8.

________________________________________________________________________________________

 

Les conteurs content un peu partout, nous en avons le témoignage aux pages 2 et 3.  Parmi nos programmes, il y a les contes traditionnels.  Que nous connaissons grâce aux collecteurs.  Voici l’évocation de l’un d’eux.

 

Jean-François Bladé


            Jean François Marie Zéphyrin Bladé, dit Jean-François Bladé, né à Lectoure (Gers) le 15 novembre 1827 et mort à Paris le 30 avril 1900, est un magistrat, historien et folkloriste français.           Son œuvre majeure est sa collecte des traditions orales de la Gascogne.

            Il commence à publier, dans les revues locales des textes divers, études historiques, littéraires, et quelques nouvelles influencées, déjà, par des contes. Ses meilleurs textes sont certainement ceux où il laisse transparaître sa verve de conteur, que ce soit dans Le Retour de Martin Guerre, histoire bien connue aujourd'hui par son adaptation cinématographique, mais dont il se soucie assez peu des aspects purement « historiques » (dans ses recherches d'historien amateur, il est tombé sur la source originelle, le texte de Jean de Coras 1515

            Puis il publie des contes, en langue gasconne, accompagnés de leur traduction française. Ses dernières publications, représentant les ouvrages les plus importants (les Contes populaires de la Gascogne chez Maisonneuve, les Contes de Gascogne chez Calmann-Lévy,) ne seront qu’en français, abandonnant totalement la partie en langue gasconne.

            Il publie en 1883, chez Maisonneuve, les trois volumes des Poésies populaires de la Gascogne, et en 1886, les Contes populaires de la Gascogne en trois volumes.

Le premier volume, outre une longue préface où l'auteur explique sa méthode et le cadre de ses recherches, est divisé en quatre parties :

I. Traditions gréco-latines (4 contes)

  • II. Châtiments et vengeances (7 contes)
  • III. Les belles persécutées (7 contes)
  • IV. Aventures périlleuses (2 contes)

Le deuxième volume :

  • Contes mystiques

I. Fées, ogres, nains (6 contes)

II. Les morts (4 contes)

III. Contes divers (4 contes)

  • Superstitions

I. Le Bon Dieu, la Vierge, les saints (13 contes)

II. Le Diable (5 contes)

III. Sorciers, sabbats, sortilèges (9 contes)

IV. Esprits et fantômes (3 contes)

V. Êtres bienfaisants ou neutres (8 contes)

VI. Êtres malfaisants (10 contes)

VII. Les animaux (8 contes)

VIII. Les pierres (3 contes)

Le troisième volume comprend :

  • Contes familiers

I. Les gens avisés (12 contes)

II. Les niais (4 contes)

III. Le loup (9 contes)

IV. Le renard (5 contes)

V. Animaux divers (6 contes)

VI. Randonnées, attrapes, etc. 10 contes)

  • Récits

I. Moralités (9 contes)

II. Les gens d'église (16 contes)

III. Divers (8 contes)

            Ses informateurs sont relativement peu nombreux.  Des personnes âgées illettrées.  Je n’arrive pas à savoir si Bladé assistait aux veillées, si il recevait ses informateurs chez lui ou les interrogeait chez eux.

            Certains de ses contes recueillis ne se retrouvent pas ailleurs.  D’autres sont connus en Europe et ailleurs dans le monde

            Ses détracteurs lui reprochent de ne pas avoir eu la rigueur et la démarche scientifique qu'il a toujours prétendu avoir. Mais cette volonté était chose nouvelle en France à l'époque et celle de Bladé, pour incomplète qu'elle soit, marque déjà un net progrès sur celle de ses prédécesseurs. Le style même des contes, parfaitement homogène et épuré, trahit, autant qu'une expression proche du langage populaire, la main de l’écrivain,

 

 

D’après différents articles et quelques réflexions


________________________________________________________________________________________

 

Le Renard et le Loup

 


Renard et le Loup voyagent de compagnie. Sur leur chemin, ils trouvent un pot de miel.

- La bonne affaire, Loup, dit le Renard. Si tu veux me croire, nous enterrerons ici le pot de miel, et nous le partagerons en revenant.

- Renard, je le veux bien.

Le Renard et le Loup enterrent donc le pot de miel et repartent.

Cinq cents pas plus loin, le Renard s’arrête court.

- Oh !  Jésus, mon Dieu ! Oublieux que je suis ! Je ne songeais plus qu’on m’attend, pour un baptême. C’est pourtant moi qui suis le parrain. Loup, marche devant. Je ne tarderai gère à te rejoindre.

Tandis que le Loup marche devant, le Renard court entamer le pot de miel. Cinq minutes plus tard, il rejoint le Loup.

- Renard, voilà un baptême bientôt fait.

- C’est vrai, Loup.

- Dis-moi, Renard, quel nom as-tu donne à ton filleul ?

- Loup, je lui ai donné le nom d’Entamé.

Cinq cents pas plus loin, le Renard s’arrête court.

-  Oh Jésus, mon Dieu ! Oublieux que je suis ! Je ne songeais plus qu’on m’attend, pour un autre baptême. C’est pourtant moi qui suis le parrain. Loup, marche devant, je ne tarderai guère a te rejoindre.

Tandis que le Loup marche devant, le Renard court manger à moitié le pot de miel. Cinq minutes plus tard, il a rejoint le Loup.

- Voilà un autre baptême bientôt fait.

- C’est vrai, Loup.

- Dis-moi, Renard, quel nom as-tu donné à ton filleul ?

- Loup, je lui ai donné le nom d’A-moitié.

Cinq cents pas plus loin, le Renard s’arrête court.

-  Oh Jésus, mon Dieu ! Oublieux que je suis ! Je ne songeais plus qu’on m’attend, pour un autre baptême. C’est pourtant moi qui suis le parrain. Loup, marche devant, je ne tarderai guère a te rejoindre.

Tandis que le Loup marche devant, le Renard court manger le reste du pot de miel. Cinq minutes plus tard, il a rejoint le Loup.

- Dis-moi, Renard, quel nom as-tu donné à ton filleul ?

- Loup, je lui ai donné le nom d’Achevé. Adieu, Loup. J’ai des affaires ailleurs. Quand tu t’en retourneras, ne manque pas, au moins, de déterrer le pot de miel et de m’en garder ma part.

 

D’après Le loup et le renard in Dix contes de loup, de Jean-François Bladé, édition libre domaine public, Biberbook


_____________________________________________________________________________

 

Graine de contes ?

 

Le confinement rapporte. Pendant le confinement, deux enfants jouaient dans une pièce inoccupée de leur maison.  Dans de vieux draps ayant appartenus à leur grand-mère, ils ont trouvé deux lingots d’or d’un kilo chacun.  Ils ont bien été acheté par la grand-mère.  Actuellement, ils valent chacun 58.000 €.  Le Soir

_________________________________________________________________________________________________________________________

 

m  Ce rond est-il rouge ?  Alors ceci vous concerne :

 

Si vous voulez (continuer à) recevoir ce  Mensuel d’Informations sur l’Oralité, les Conteurs et les Raconteurs:

En Belgique: il vous suffit de verser 14€ au compte BE 75 5230 8016 8151, identification BIC TRIOBEBB de la Maison du Conte et de la Parole de Liège-Verviers, asbl.  Vous serez assuré de recevoir prioritairement, pendant douze mois, un maximum d’informations sur le conte : spectacles, animations, repas contés, formations, balades, ...  en provenance non seulement de notre asbl, mais aussi de bien d’autres associations et d’autres conteurs. 

Pour tous renseignements : 04/367.27.06.

France et Europe: A cause de frais de port plus élevés, l’abonnement à notre Mensuel vous coûtera 23€.

Paiement par virement international de 23€ (demandez à votre banque des formulaires spéciaux Swiftcode ou BIC), au compte n° BE 75 5230 8016 8151, identification BIC TRIOBEBB Banque Triodos, 139/3, rue Haute, B 1000 Bruxelles de la Maison du Conte et de la Parole de Liège-Verviers, 32/224, avenue Eugène Ysaÿe, B 4053 Embourg. En communication: nom et adresse où envoyer le Mensuel.

 

Pour infos :


     Pour la Maison du Conte et de la Parole de Liège-Verviers:

                        Téléphone: 0486/21.87.62 de Philippe Noël

                        Courriel: maisonconteliege@gmail.com

    Pour le Mensuel:

                        Téléphone: 04/367.27.06 de Marie-Claire Desmette

                         Courriel:   maisonconteparole.liege@gmail.com

     Sites Internet

                          http://conteetparole.blogspot.com    actualité: agenda, articles, contes, …

                           http://www.facebook.com/maisondonteliege.verviers

                           www.maisonduconteliege

 

 

dernière nouvelle : Indicibles territoires par Hélène Bardot, Sophie Clerfayt et Christine Métrailler.

Adultes et +13 ans.

Le 6 octobre à 20h à Charleroi (voir p. 8) ; le 24 octobre à 20h, à Chiny, au chapeau ; le 28 octobre à 20h30, à l’Espace Senghor à Etterbeek.  Toutes les infos sur www.indiciblesterritoires.com 

Tour à tour sous le vent, face à la pente ou dans un tourbillon cosmopolite, trois conteuses ont arpenté leurs territoires, seule et collectivement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire