mardi 1 novembre 2011

Mensuel Novembre 2011 - N°227

Mensuel de diffusion d’informations sur l’oralité,
les conteurs et les raconteurs.
novembre  2011 - N°227 

P 912122 Bureau de dépôt LIEGE 1–4000   Editeur responsable: Marie-Claire Desmette, av. E. Ysaÿe, 32/224  4053 Embourg

Au sommaire, ce mois-ci:
- Nouvelles du monde du conte
- Spectacles - Balades – Animations 
- Ateliers – Formations
- Sorcières (suite)
- entretien



Maison du Conte et de la Parole de Liège-Verviers asbl


Contes des Nuits Urbaines
par Michelle Troupin et Michèle Dispa


quand ? le 4 novembre à 20h30                         où ? Aquilone, 25, boulevard Saucy à 4020 Liège
combien ? 7 / 6 €                                                      pour qui ? adultes et adolescents

infos, réservations: 0476. 213 079 (M. Dispa )

Ici et maintenant, souvent la nuit mais toujours dans "la nuit intérieure" des personnages. De sourires en grincements de dents,  avec juste ce qu'il faut de distance et de tendresse pour l'Humain

Avec sa verve coutumière, Michelle Troupin, responsable de la Veillée du 7, vous invite à y participer: Le 7, c'est le jour où les histoires se réveillent, sortent de l'ombre, au théâtre à Denis.
Venez avec vos voisins, vos amis, vos copains; vos ex, vos futurs ex, vos futurs, votre tante à héritage, votre cousin germain, votre cousin Louis, votre oncle sans le sous, votre dentiste, votre médecin, votre gynécologue, votre notaire, votre marchand de vin, votre chauffeur du Tec... bref amenez du monde. La liste n'est pas close.  Si vous amenez votre raton laveur, soyez sûr de le maîtriser, qu'il n'aille pas piller le bar de notre ami Denis.


la Maison du Conte et de la Parole de Liège-Verviers asbl  vous invite à sa
Veillée du 7
 le 7 octobre 2011 à 20h.  Ce sera la 227ième !
Elle aura lieu le 7, comme les 7 de chaque mois,
au Théâtre à Denis, 302, rue Ste-Marguerite à 4000 Liège.
Ni réservation ni inscription.  2€ pour tout le monde.
Tel: 04/367.27.06; 0473/82.53.31; 04/223.78.57. (Voir p.9.)

Le conte est bien vivant



édito
__________________________________________________________ _______________________________________________________

                                                         M-Cl Desmette

Le monde du conte est en prise directe sur l'actualité.  Par exemple dans les explorations hors des sentiers battus, dans l'union du conte et d'autres techniques.  Dans l'intérêt pour la vie des banlieues dans un spectacle et un livre. 
Dans films et pièce de théâtre à l'affiche.


Le monde du conte est partage, comme dans les entretiens avec des conteuses.  Avec le livre où Michel nous raconte ses souvenirs. 
Il y a même un beau compliment pour un membre de la Maison. Et pour le Mensuel !
Vous trouverez tout cela et encore beaucoup d'autres choses dans ce 227ième Mensuel, à vous de partir à la découverte.


___________________________________________________

Entretien avec Patricia Beudin, Mention spéciale au Prix du Festival du Conte de Chiny pour sa capacité à  susciter les émotions.
Frères et sœurs en humanité



Vous contez depuis déjà longtemps.  Depuis quand ?
Pour un public autre que ma famille, des amis proches ou des élèves,  je conte depuis l’automne 1998.

Où, quand, comment, avez-vous rencontré le conte ?
Je l'ai rencontré sur papier avant d'entendre des conteurs. Je l’ai deviné dans des chansons, aussi.
Le premier conte que j’ai déchiffré vers l’âge de sept ans est probablement  « Blondine, Bonne Biche et Beau Minon » de la Comtesse de Ségur.
Adolescente puis jeune adulte, j’ai approché le conte dans le cadre de formations pour animateurs de plaines de vacances, puis lors de ma formation d’enseignante. Avec une mutuelle, les CEMEA, le CREPE, « Vacances Vivantes »… J'ai par la suite participé à plusieurs stages à l’Académie Internationale d’Eté de Neufchâteau avec Marcel Clausse, Vincent Marcotte,… toujours sans avoir vraiment envie de conter ailleurs que dans le cadre restreint de mes activités professionnelles.
Des années plus tard, en 1998, l'élément réellement déclencheur/révélateur qui m’a fait entrer dans le petit monde grouillant des conteurs et conteuses a été un stage d’initiation de deux jours - bien remplis - avec Yvan Couclet. Son stage fournit des informations techniques, pratiques, applicables immédiatement. Yvan est simple, modeste et généreux dans son approche et je ne manque jamais de recommander chaleureusement sa formation. Personnellement, j'ai besoin d'images concrètes, de logique, de « tangible », même dans le merveilleux. Son approche me correspondait donc parfaitement.
J’ai pu mettre ces acquis nouveaux en pratique rapidement auprès de petits groupes. Des contes courts d’abord, puis de tentations en tentatives, de timidités en audaces, de bouches à oreilles,  les histoires sont devenues plus longues, les publics se sont étoffés…
Je travaille à la régionale Mons-Borinage-Centre de la Ligue de l'Enseignement et de l'Education Permanente. Durant près de trois ans, en collaboration avec Marc Schumacker de la Maison du Conte de Tertre, nous avons organisé « Les bons contes font les bons amis » chaque 3ième jeudi du mois, d’abord à la Maison de la Laïcité qui mettait une salle à notre disposition, puis dans un petit restaurant montois de caractère.  C'était l'occasion pour des conteurs débutants ou confirmés de présenter leurs histoires dans un lieu qui leur était réservé le temps d’une soirée, de se (re)connaître, d’échanger…

Voulez-vous nous relater quelques exemples de votre carrière de conteuse ?
Depuis 1994, je suis aussi animatrice provinciale de la DGAC (Direction Générale des Affaires Culturelles du Hainaut) pour laquelle je reçois régulièrement  des « missions » dans les domaines du conte, des lectures à voix haute, des ateliers d’écriture… Les demandes s’avèrent parfois surprenantes et impliquent un réel travail de recherche en amont pour ne pas (ra)conter n’importe quoi ! Par exemple, Le Musée des Sciences Naturelles de Tournai m'a demandé des histoires de tigres (en liberté, les tigres!).  Pour le Musée Royal de Mariemont, j'ai présenté des contes de thé (chinois!).  Pour le musée de la Foire à Saint-Ghislain, j’ai préparé des histoires de chevaux de bois et de puces savantes !…
J'ai conté dans des jardins privés (des histoires de jardins, de fleurs, de légumes, de papillons), des roseraies (rien que des histoires de roses !), des fermes pédagogiques (animaux, fermiers…), apicoles (rien que les abeilles à l’honneur!), en balades contées, dans des écoles, des bibliothèques…
Le répertoire « contes à faire peur », « contes de Noël », « contes d’amour »… est demandé, lui, de façon récurrente.

Votre public ?
De 5/6 ans à… selon les demandes et les histoires.
Je conte rarement pour les tout petits et mon public préféré demeure le public mixte, familial.
Je conte aussi pour des personnes très âgées, des aveugles, des enfants autistes, des adultes handicapés mentaux et/ou physiques…

Des  souvenirs  précis ?
Il y en a de nombreux. Le samedi après-midi, une association à Hautrage accueille et encadre des enfants et adolescents porteurs de handicaps divers. Les parents les confient quelques heures pour souffler un peu, faire leurs courses…  Il y a des jeunes boiteux, aveugles, handicapés profonds ou simplement malades.  Là, j’ai pu vérifier à plusieurs reprises le pouvoir des histoires. Provoquer le sourire, le rire, faire chanter ces enfants souffrants est quelque chose d’impressionnant. En rentrant de ces moments d’échanges par le conte, j’ai souvent  pleuré dans ma voiture…
Une autre fois, nous étions trois conteurs à proposer des « contes citoyens » dans un café/brasserie à Quévy. Officiellement, c’était un soir de fermeture, la salle était réservée aux personnes inscrites au préalable. Est alors arrivée une bande de motards de type «  Harley-Davidson ». La patronne embarrassée n'a pas osé leur refuser l'entrée. Ils se sont accoudés au bar pour boire et bavarder, très bruyamment. Nous, les conteurs, leur avons expliqué qu’on proposait des histoires « pour les grands » - jugez de leur surprise - en leur demandant d’écouter, de ne pas faire de bruit. Après quelques réflexions à l’emporte-pièce, ils ont écouté comme des gamins.  Ils ont posé plein de questions sur le conte et ont offert un verre!

D'autres précisions sur votre formation de conteuse ?
J'ai suivi également des formations avec - par ordre alphabétique - Myriam Mallié , Peggy Snoeck, Bob Bourdon, Pascal Guéran, Michel Hindenoch, Philippe Sizaire, Joël Smets,… et d’autres.
Comme on évolue aussi simplement en écoutant, le plus souvent possible, tout au long de l’année, je rencontre des conteurs, débutants ou reconnus, dans les festivals et ailleurs… Cela provoque chez moi des questionnements et du plaisir.

Pour le Prix, vous avez présenté un spectacle intitulé "De pâtures en terrils", connaissez-vous ce monde ?
Oui. Petite fille, j’ai grandi à Harchies (entité de Bernissart, pays de charbonnages) dans une cité minière.  Mes jeunes parents étaient ouvriers, ils devaient se lever très tôt le matin pour aller travailler et j'ai été confiée à ma grand-mère. La mine a été le quotidien de plusieurs membres de ma famille. Plusieurs en ont connu les tragédies.

Vous avez vous-même eu une vie qui est une histoire.  Quelques détails ?
Mon diplôme d'institutrice tout frais en poche, à dix-neuf ans, j'ai tourné le dos à une carrière classique d’enseignante au village. Je suis partie pour le Canada, j’y ai enseigné trois ans à la « Toronto French School », une école privée bilingue. Au début, c’était un peu l’angoisse. Je n’avais qu’une connaissance scolaire de l’anglais, je quittais la campagne pour une grande ville où je ne connaissais personne. Tout était nouveau, difficile. Je devais donner cours d’histoire et géographie du Canada dans trois classes différentes, des matières que j'avais à apprendre moi-même. J'ai  tenu bon par orgueil et tout naturellement je me suis fait des amis, j'ai approfondi l'anglais…
Après un voyage de six mois en Amérique du Sud en camion et camping, je suis revenue en Belgique où j’ai travaillé comme animatrice dans une bibliothèque.
Je suis ensuite partie en Angleterre, dans le Shropshire, près du Pays de Galles, chez John Napper qui fut peintre officiel de la cour d'Angleterre. Je l’avais rencontré dans un train lors d’un voyage de plusieurs heures, nous avions longuement bavardé et sympathisé. Il se trouvait dans un « tournant » dans sa peinture et il cherchait un modèle à demeure. Sa charmante femme Pauline (née le même jour que moi) et lui habitaient à la campagne. John peignait dans une immense grange aménagée en atelier. Par leur intermédiaire, j'ai côtoyé souvent leur ami Richard Booth ( auteur de « My Kingdom of Books ») qui a fondé le premier village de livres d'occasion du monde dans les années 60, à Hay-on-Wye. C’est d’ailleurs après une rencontre avec Richard Booth que Noël Anselot et Gérard Valet ont porté le même projet à Redu, « notre » village belge du livre, le premier sur le continent… où je me rends régulièrement et où je conte parfois.
A mon retour d’Angleterre, j’ai vécu à Bruxelles durant deux ans. J’étais animatrice au « Service laïque de Coopération au Développement », je faisais des claquettes, du théâtre, je suivais des cours du soir,…
       Ce fut ensuite l’Algérie, deux années scolaires sur un chantier de construction d'une cimenterie, à Aïn Touta, aux portes du désert. Il y avait suffisamment de familles de travailleurs avec enfants pour ouvrir une école. J’étais la seule femme célibataire sur la « base vie », je logeais en « portacabine » au milieu des ouvriers. 
Après les Aurès, j’ai à nouveau franchi l’Atlantique pour devenir responsable du club de théâtre du Lycée français de New York (école privée). J’ai monté des spectacles scolaires avec des élèves de tous âges.
      A mon retour (je passe les détails, vous allez vous lasser ! J), j’ai été attachée de presse à l’ISELP (Institut Supérieur pour l’Etude du Langage Plastique) à Bruxelles puis… je suis devenue enseignante ambulante pour le cirque Bouglione. L'école avait été aménagée dans un camion par mon propre papa excellent bricoleur, et je suivais le cirque, je logeais en caravane.  Mes élèves Anouchka et Nicolas Bouglione - les enfants d’Alexandre et Linda - se produisent aujourd’hui sur la piste, nous sommes restés en contact et c’est toujours un grand bonheur de les revoir. J’ai adoré cette vie nomade. Quand le cirque était de passage à Perpignan, dans le sud-ouest, j'ai rencontré le père de mon fils. Je me suis mariée et « sédentarisée » en Belgique, à Mons. Nous avons divorcé par la suite.

Cette vie riche et ses nombreux souvenirs vous aident-ils pour conter ?
Certainement. Images de paysages connus, anecdotes vécues, émotions diverses ressenties, personnes « hautes en couleurs » rencontrées, témoignages recueillis… tout cela m'aide.

Quel est votre répertoire ?
Il est vaste mais comporte peu de contes merveilleux. J'apprécie la cohérence avec le réel, le retour à la terre. Dans les histoires les plus abracadabrantes, j'ai envie que les spectateurs se disent  « c'est vrai ! ».

Vous ne contez pas toujours seule.
Je conte parfois en duo/trio avec des ami(e)s conteurs/conteuses.
J'ai aussi une expérience « contes et musique » avec trois excellents compositeurs/interprètes: Leszek Helinski, guitariste classique pour « Ombres, Lumières,... Renaissances », Daniel Willem, violoniste tsigane pour « Terrain Vague, contes et légendes des Gens du Voyage » et Jean-Pierre Schotte, accordéoniste, pour « De Pâtures en Terrils, contes et légendes du Borinage ».
Cela possède un charme différent. La musique est une évasion, je la laisse résonner. J'entends les mots autrement. Elle donne ambiance, atmosphère. Elle n'est pas illustration, mais dit autrement que par les mots. Elle est complémentaire.
Jean-Pierre Schotte, avec qui j'ai présenté le concours à Chiny, m'a écoutée. Ensuite il a improvisé, composé. La musique n'est pas figée, ce n'est jamais la même représentation d'une fois à l'autre. Nous avons vraiment travaillé à deux.

Qu'est que le conte pour vous ?
C’est un échange, une entrée en relation avec les personnes présentes qui deviennent pour quelques moments vos frères et sœurs en humanité simplement parce que l’espace d’une histoire - même si chaque auditeur colore le conte selon ses propres expériences - nous ressentons des émotions très proches. Je conte parce que j'ai envie de partager; je donne et je reçois beaucoup, les regards, l'attention et la tension. Des fils invisibles nous relient.
J'aime les lieux de silence collectif : les bibliothèques, les lieux de culte, les théâtres, les salles de concerts…
Le conte peut-il être « spectacle »?… De proximité, alors…  Je ne souhaite pas mettre de barrières entre les gens qui me font l’honneur et le bonheur d’écouter mes histoires et moi la conteuse, tout en respectant leur bulle. J’aime sentir qu'on est ensemble. Ressentir et donner, même si la salle est plongée dans le noir.

Comment vous voyez-vous comme conteuse ?
En chemin, toujours en chemin, en recherche permanente, avec beaucoup de questions. Travail et plaisir.

Vous avez parlé plus haut de recherches, de références. Vous avez une bibliothèque de conte.
Je possède de nombreux livres, neufs et surtout d'occasion (j’adore « chiner »). Je les ai classé par matières, par provenances. Il y en a un peu partout chez moi. Je fréquente aussi les bibliothèques, bien sûr.

Vous avez sans doute encore beaucoup de choses à nous dire.
Je voudrais rendre un hommage tout particulier à mon maître en langue française, celui qui m’en a donné le goût ineffable: un exceptionnel ciseleur de mots, un conteur de savoureuses petites histoires qui mêlent les mots doux et les mots drus, en poésie et en hardiesse: Georges Brassens. Il aurait eu 90 ans ce 22 octobre.
Merci à ma maman qui me l’a fait découvrir toute petite en préférant « le parapluie » ou « les bancs publics » aux chansons enfantines, merci à lui, merci à Yvan Couclet… et merci à toi, Marie-Claire !

Patricia Beudin, Boulevard Sainctelette, 7A, 7000 Mons.  Tél : 065/36.40.61; Portable : 0495/83.46.27
patbeumons@yahoo.fr   http://www.patanima.be


___________________________________________________

Nouvelles du monde du conte:

·    Les Lampadaires à 2 Bossestout nouveau collectif de conteurs belges !   En font partie: Anne Borlée, Sophie Clerfayt, Thomas Terrando, Anne Grigis, Amandine Orban de Xivry, Catherine Pierloz, Emmanuel Deloeul et Julie Boitte, en compagnie des "oeuvres lampadairiques" de la plasticienne Anne-Sophie Devisscher.
·    L’asbl « contes za rebours » organise avec le Centre Culturel de Bastogne une formation Contes enmusiqués  par Luigi Rignanese, les 5 et 6 mai 2012.   Hébergement à la « Ferme des bisons » http://www.fermedesbisons.be/, gîte « Le Manège »  à Recogne   B – 6600  Bastogne.   220 €  Ce prix comprend la formation,  les repas des samedi et dimanche,  et hébergement à partir du vendredi soir  Un cuisinier spécialiste du terroir, Yves B, assure les repas régionaux.  Entrée au spectacle de Luigi le samedi soir incluse.  conteszarebours@live.be   0495.61.52.92   
 Marianne Mongiat   GSM  0494.61.74.00  ou encore Centre Culturel de Bastogne oo (32)  061.21.65.30.             Un acompte de 100 € assure la réservation. Ce stage s’adresse à tous conteurs désireux d’apporter une certaine musicalité à la parole. 

·    Racontance organise Donner corps à un conte, formation par Philippe Sizaire, les  4 et 5 février 2012 de 9h à 17h30, à La Fleur en Papier Doré, rue des Alexiens, 55, à 1000 Bruxelles. De préférence destiné aux conteurs en devenir ou ayant déjà suivi une formation. Clôture des inscriptions le 15 décembre. 135 €* (repas de midi compris avec 1 boisson)
Le corps constitue l’instrument premier du conteur : il est le siège du mouvement – mais aussi, par sa respiration, le siège des échanges ; et par les battements de son cœur, le siège du rythme. Ainsi, avant même d’avoir ouvert la bouche, celui qui raconte dit déjà avec son corps. Et le mot lui-même se doit d’être habité : il est quelque chose de physique, de charnel.

·    Voici ce que nous recevons de la Plateforme suisse du conte et des arts de la parole Swisstales j’ai vu votre site et vos activités; génial ! 
Ici nous organisons un spectacle de conte tous les dimanches. Les dimanches ont commencé fin 2008 et ont pris de l’ampleur.  La philosophie est d’offrir un espace aux conteurs pour qu’ils puissent s’exprimer en bénéficiant d’un événement régulier et de la publicité que nous leur faisons. Ils reçoivent l’intégralité de la recette ce qui les impliquent aussi dans la promotion.
Le lieu est alternatif mais a tous les avantages d’un petit théâtre parfait pour la parole contée.
Nous avons commencé ces dimanches du conte en suivant l’exemple de Jean-Marc Massie à Montréal et des Dimanches du conte de Bruxelles Dans le but de faire reconnaître l’art du récit dans une ville où il est encore débutant bien qu’il existe un festival depuis 20 ans à Plan les Ouates.
Depuis, des conteurs venant de partout en Suisse et de France voisine nous visitent avec plaisir, ce qui nourrit la culture orale de notre région.
Les Dimanches du Contes se donnent au Théâtricul, 64, route de Genève, CH 1225 Chêne-Bourg.
http://www.swisstales.ch deirdre@swisstales.ch                                          Deidre Foster                                                                                                                                                                       

·    Fais-moi un Conte déménage !
Pour info/mémoire, Sophie de Patoul (de Havelange) a décroché le prix du jury du 17e concours Fais-moi un Conte. Elle est vraisemblablement la dernière finaliste couronnée en décembre… En effet, Fais-moi un Conte déménage ! Oui ! Cela dit, il ne s‘agit pas d’un déménagement dans l’espace mais bien dans le temps ! Après avoir abandonné la thématique des histoires de Noël (c’était le cas entre 1994 et 1996), les organisateurs se préparent maintenant à quitter la période de Noël.
Ce qui change… Pour éviter les impondérables inhérents aux caprices de la météo, les finales seront programmées lors du week-end précédant le jour du printemps. Les finales de la 18e édition se dérouleront les 16 et 17 mars 2012.
Ce qui reste… Le principe et la philosophie du concours restent inchangés. Thème du 18e concours ?
« Ordre & désordre ». Les textes devront nous parvenir pour le 27 janvier 2012.
Infos et règlement complet : Centre Culturel de Philippeville 071-66.23.01

·    Miniatures flamandes, exposition à la Bibliothèque Royale de Belgique, 2, boulevard de l'Empereur, 1000 Bruxelles.  Alexandre le Grand, Charlemagne, Mélusine, des dragons, Renart le Goupil, …  140 manuscrits enluminés.  02/519.53.11; www.kbr.be

·    Contes de fées et art contemporain, exposition jusqu' 30 décembre, Maison de la Culture de Namur, avenue Golenvaux, 5000 Namur.  De tous temps, les contes de fées ont inspiré les artistes.  Pour tout public. 081/77.67.73; www.province.namur.be

·    Le mystérieux  voyage du petit chaperon bleu, exposition – animation du 08/10/2011 au 05/02/2012, de 10h00 à 18h00, au Château de Seneffe.  5/4€.  064/55.69.13
Dans un voyage imaginaire, le Petit Chaperon Bleu parcourt le monde à la recherche de ses mystères.

·    La fée, film de Dominique Abel.  Une fée accorde trois vœux.  Amour fou et mourir de rire.  Si vous allez voir ce film, votre opinion intéressera tous nos lecteurs.  Une petite note de votre part serait la bienvenue.

·    Cendrillon, spectacle de théâtre par Joël Pommerat au National jusqu'au 29 octobre.  L'auteur s'est vraisemblablement appuyé sur la version des Frères Grimm.  D'après la critique, nous retrouvons les remarques et les interrogations que nous avions émises lors de la constitution de notre dossier: "Les pères de Cendrillon".  Ce qui n'a rien d'étonnant puisqu'elles sont basées sur le bon sens de qui vit un conte de l'intérieur.  Souvenez-vous aussi du spectacle"De sous la cendre" présenté à plusieurs reprises et dans plusieurs lieux par des conteurs de la Fédération de Conteurs professionnels de Belgique.
De même, si vous allez voir "Cendrillon", une note de votre part intéresserait tous nos lecteurs.

 Publication de l'Atelier d'Henri Gougaud, le numéro 3 de la Gazette de l'Atelier est sorti.  Les numéros 1 et 2 ont été annoncés dans le Mensuel d'août 2011. Vous pouvez les obtenir en version PDF en faisant la demande à site.henrigougaud@gmail.com.
Parmi les nombreuses rubriques: Les contes sont des êtres vivants par Henri Gougaud, des histoires et des réflexions, un entretien avec Lily Lambrelli, des coups de cœur, l'annonce de deux livres (voir ci-dessous).  Le compte-rendu d'une exposition sur le Livre Rouge, voyage imaginaire de Jung. Sans oublier un article sur la correction du langage, une longue réflexion d'Henri Gougaud sur la mémoire et un agenda qui concerne surtout la France.

& Histoires et carabistouilles autour des étangs noirs par Michel Verbeek. Maelstromeditions Collection Bruxelles se conte: histoires urbaines à dire.  3€.  Souvenirs d'enfance de Michel. 

& Les mille et une vie, récits et rêves des gens des quartiers par Ludovic Souliman. Albin Michel. 336 pages. 20€. Cinq années de collectages dans les banlieues par quelqu'un qui y vit.

& Les Mots, la mort, les sorts.  La sorcellerie dans le Bocage, par Jeanne Favret-Saada,  Gallimard 1977.
 L'auteur analyse les désensorcellements dans la France de l'Ouest, actuellement.
Reste le problème de base: qui jette ces sorts ?  Quelqu'un a-t-il jamais avoué l'avoir fait ?

________________________________________________________

Si vous voulez que vos infos paraissent dans le Mensuel, il est indispensable d'observer les instructions suivantes:

·      Envoyez-nous vos informations avant le 14 du mois précédant la publication,
·      un mois plus tôt pour les formations,
·      complètes et lisibles,
·      par poste à Marie-Claire Desmette, av. Eugène Ysaÿe, 32/224  4053 Embourg.  Tel : 04/367.27.06.
·      ou par courriel à maisonconte.liege@skynet.be 
·      Ne comptez pas sur les organisateurs de spectacle. Envoyez-nous vous-même vos infos.
Idéalement, vos informations comportent:
organisateur,               titre,                 genre d'activité,                       artiste(s),
date et heure,              lieu,                 prix,                                        public cible,   
coordonnées pour infos et réservations,                                                        max. deux lignes de commentaire

C'est vous qui nous envoyez vos informations.
Veuillez ne pas les noyer dans une mise en page compliquée Epargnez-nous les fantaisies, les recherches, l'exploration.  Epargnez le travail bénévole de la rédaction, de la correction, de l'expédition.
L'idéal pour nous, le plus sûr pour vous, c'est le copier-coller


?  Au moment où la paupière de l’horizon fermait l’œil sanglant du soleil. Nadine Gordiner.

Spectacles – Balades - Animations

Ligue de l'Enseignement et de l'Education Permanente – Mons – Borinage – Centre

Balade contée nocturne par deux sorcières/animatrices

quand ? le 1er novembre à 18h30                                         où ? RV devant le 24, rue Basse à Aulnois
combien ? gratuit                                                                     infos, réservations: 065/31.90.14 leepmonsbor@yahoo.fr
Des histoires à faire frémir entre balais et braseros.  Au gîte "Les Jardins de l'Ermitage", potion ravigorante et produits de saison.  Tenue confortable et lampe de poche.

Foyer culturel de Philippeville                                                                                                             Réglons nos contes

- La Chronique du bon chevalier Messire Gilles de Chin, récit et harpe par Marie-Claire Desmette et Angélique Giorgio.
Le texte et la musique s'associent pour raconter l'enfance, la vie, les exploits, les combats, les amours, la mort d'un chevalier. En français moderne avec des incursions dans la langue du Moyen Age. 

- Le jardin de l'oiseau blanc par Sophie Camelopardalis, Clément Degrave et Marie de Patoul.
L'univers des 1001 Nuits. Univers nourri par l'imagination qui suscite des images belles, tristes ou émouvantes.
_________________________________________________________________________________________________________

quand ? le 5 novembre à 20h00                                            où ? Salle La Grange à Vodelée
combien ? 6/3/1,25                                                                  pour qui ? tout public à partir de 12 ans
infos, réservation: 071/66.23.01; centre.culturel.doische@skynet.be

Maison des Contes et Légendes du Pays de Spa

Contes de Perrault, animation par Annick Descy

quand ? le 5 novembre dès 14 heures              où ? Librairie Pages après Pages, 7 rue Docteur Henri Schaltin, 4900 Spa.
infos: 0476/28.13.58 // 087/770.779 maisondescontesetlegendesdespa@gmail.com
Rencontre et séance de dédicaces avec un des maîtres de la bande dessinée René Hausman pour la réédition des « Contes de Perrault » aux éditions Dupuis

L'Heure du conte, animation-spectacle par Jeanne la contesse

- le 5 novembre, Contes de fantômes et de revenants, pour les 5 à 12 ans (et +).
Les fantômes peuvent être bienveillants, simples messagers, aidants actifs du héros qui leur a permis d’obtenir une sépulture… Si un revenant n’est pas bénéfique, il représente simplement le destin.

- le 19 novembre, Contes moraux pour les 3 à 8 ans et +.
Les meilleurs d’entre eux sont légers, et leur morale est subtile. Qui voit le mieux : celui qui a des yeux ou celui qui a du coeur ?
_________________________________________________________________________________________________________________________

quand ? de 15 à 16h                                      où ? Fnac, rue Joffre, 4000 Liège                                      combien ? gratuit
infos: 04/23.27.122  jeanne.godenne@skynet.be

la Maison du Conte de Namur

-  le 6 novembre à 10h30 et11h30, Bambin sourd bouquine. Enfants de 2 à 8 ans accompagnés , Gratuit.
Bibliothèque communale, Venelle des Capucins, Namur.

- du 9 au 30 novembre, projection du film Les contes de la nuit  de Michel Ocelot accompagnée d’une veillée de contes.
                Cinéma Caméo 2. Suivant la demande, pour groupes scolaires ; rensgts 081 222 619.

- le 11 novembre à 20h30, Contes du onze du onze de l'an onze. Adultes et adolescents.
                Maison du Conte, 170, rue des Brasseurs, Namur. 3€.
Pour une date d’exception, des contes pour secouer notre ancien monde                              

- le 19 novembre à 20h30 et le 20 novembre à 16h, Au bout du conte par l’équipe de la Maison du Conte. 8€.
                Pour adultes et ados. Réservation indispensable au 0489.933.548.
Quand la maison se fait labyrinthe et le conte, fil d’Ariane. Vous serez à la porte d’un labyrinthe, pour y entrer, pas de ticket …Il s’agira d’en trouver la sortie…
__________________________________________________________________________________________________

infos, réservations: 0489/933.548, maisonduconte.namur@gmail.com    www.maisonducontenamur.be

asbl Form'Anim - Seraing

Du Nord au Sud aux pays des Contes ! spectacle par Roger Janssen

quand ? le 11.11.11 à 14 heures.  où? au Centre Culturel de Seraing, rue Renaud Strivay, 44 - Seraing.
combien ? gratuit                         pour qui ?: Tout public
11 Cultures 11 Contes 11 Drapeaux.  Le Marché du Monde est ouvert à partir de 14 heures. Contes, théâtre, danses, musique, souper... des activités où les diverses cultures se côtoient dans le respect et la convivialité.


11.11.11, par des conteuses d'Hopi'conte

quand ? le 11 novembre 2011 à 18h00       où ? Courlieu, rue Grand Philippe, 4 à 1490 Beaurieux-Court-Saint-Etienne
combien ? 5€
Une once de magie, une once de convivialité, une once de solidarité.

Mots et merveilles                                                                                                                                Conteurs en balade

Muet comme une tombe ?, balade contée par Anne Grigis et Bernadette Malherbe

quand ? le 13 novembre à 14h et 15h                    où ? Rdv : Cimetière d'Ixelles, Chaussée de Boondael, 428 - 1050 Bxl
combien ? 7/4€                                                           durée: 1h30
infos, réservation indispensable: 0497/ 78 20 75 ou info@conteursenbalade.be
Au cimetière d'Ixelles, de nombreux monuments funéraires sont l'œuvre de Victor Horta ou Constantin Meunier. Y reposent quelques personnalités : Marcel Broodthaers, Paul Nougé, Antoine Wiertz... 

Les dimanches du conte
Corne de brume, spectacle par Simon Gauthier

quand ? le 13 novembre, à 20h                                             où ? Centre Culturel Bruegel, 247 rue Haute à 1000 Bruxelles
combien ? 8/5€                                                                         pour qui ? adultes, et adolescents à partir de 14 ans
infos, réservation indispensable: 0485 67 10 89 ou info@dimanchesduconte.be  www.dimanchesduconte.be
Sur les rives du fleuve Saint-Laurent, vous entendrez enfin le chant des baleines, envierez le gardien du phare, rêverez aux paysages grandioses de ce Québec si proche et si lointain...

La Montagne Magique

- le 13 novembre à 18h00, Vy par Michèle Nguyen.  Tout public dès 8 ans.
L'histoire d'une fillette timide, malmenée, incomprise par sa grand-mère à qui elle a été confiée.  Les mots l'aident à prendre son envol.

______________________________________________________________________________________________________________

- le 18 novembre Carte Blanche par des membres de la Fédération de conteurs professionnels de Belgique
Des conteurs s'allient avec d’autres disciplines des arts de la scène à la recherche d’une alchimie inédite. Une soirée détonante, étonnante où chacun se retrouvera au coeur d'histoires masquées, rythmées, sonorisées, mouvementées, animées. 

- à 19h30,  Recto
- Mer et mère par Florence Delobel, Jean-Pierre Dusoulier, et Joëlle Lartelier.
     L'appel du large quand la mer devient mère en suivant un fil rouge.

     - J'ai faim ! par  Bernadette Heinrich, Régile Galle et François De Schryver.
     Nos faims d'amour et de tendresse, nos appétits d'ogre, nos insatiables boulimies.

- à 21h00, Carte Blanche Verso
     - Au cœur du dernier cri par Geneviève Wendelski et Isabelle Darras.
     Dans le monde d'objets manufacturés, des histoires de femmes d'aujourd'hui.                 


     - Love Mitou par Ahmed Hafiz et Sylviane Piefort
     La publicité et le masque pour investir les derniers recoins de votre cœur et vous vendre le bonheur_
____________________________________________________________________________________________________________

- le 27 novembre à 15h00, Rira bien qui rira le dernier par V. de Miomandre et Christian Pierron. Dès 5 ans.
En contes et en chansons, fantaisie, malice, légèreté et joie de vivre.
____________________________________________________________________________________________________________________

où ? La Montagne Magique, rue du Marais, 57, 1000 Bruxelles.
infos, réservations: 02/210.15.90  info@montagnemagique.be  www.theatremontagnemagique.be



Bibliothèque Communale francophone d'Ixelles

Heure du Conte à la bibliothèque

- le 19 novembre par Véronique de Miomandre: de 10h à 10h45 : enfants de 0 à 2,5 ans
                                                                                 de 11h à 11h45 : enfants de 0 à 2,5 ans

- le 19 novembre par La compagnie du Petit matin: de 10h à 10h45 : enfants de 3 à 5 ans
                                                                                      de 11h à 11h45 : enfants de 6 à 12 ans

_____________________________________________________________________________________________________________________________________

où ? rue Mercelis, 19, 1050 Bruxelles                                 infos, inscription: 02/515.64.06

La boîte aux trésors, trésors du jardin, Animation contée par Marie Bylyna

quand ? le 23 novembre à 10h00                                                                       où ? bibliothèque de Spa
pour qui ? enfants de 6 mois à 3 ans accompagnés d’un adulte                 infos et inscriptions: 087/772452



Barricade asbl
 Il sera 12001 l'Odyssée du conte, spectacle par Tous contes fées …Au fil de l'Epée

quand ? le 25 novembre dès 20h30                                      où ? Barricade, 19-21, rue Pierreuse à 4000 Liège.  
combien ? 3€                                                                            infos, réservation conseillée: 0476 68 00 73
Déployez vos antennes pour capter du fin fond de la galaxie des histoires qui viennent du futur

Ateliers – Formations

Art de conter, formation par Chantal Dejardin

quand ? 7 jeudis de 16h30 à 20h30, d'octobre à décembre.      où ? A Liège, rue Trappé, 10
infos, inscriptions: infor femmes - 04/222 39 65 www.inforfemmesliege.be


Maison du Conte de Namur                                                                                                                               T.A.P.S.

Raconter aux plus jeunes: poésie de l'instant, formation par Florence Desnouveaux

quand ? les 12 et 13 novembre, 10 et 11 mars                 où ? à Namur
combien ? 124€                                                                      infos, inscription: 081/776.809 taps@province.namur.be
Histoires, contes et jeux de doigts pour enfants de moins de trois ans. Implication du corps, rythme de la voix, jeux vocaux et gestuels.

Veillées

Ces veillées sont des réunions amicales et conviviales, où tout le monde peut conter, éventuellement après inscription.

v  Chaque premier vendredi du mois, Scène ouverte, carte blanche, à la Ferme des Sanglochons, chaussée de Namur, 42, à 6840 Verlaine.  061/22.22.33.
v  Le 7 novembre à 20h00, comme le 7 de chaque mois, La Veillée du 7, 227ième veillée conviviale et sans façons organisée et animée par  la Maison du Conte et de la Parole de Liège-Verviers, au Théâtre à Denis, 302, rue Ste Marguerite à Liège. 2 €  (au moins !) pour tout le monde.  Pas d’inscription ni de réservation. 
Tel: 04/367.27.06; 0473/82.53.31; 04/223.78.57.
v  Le 10 novembre à 20h30, Contes du dixième jour, organisé par la Maison du Conte de Namur, rue des Brasseurs, 170 à 5000 Namur.  Paf: 3€   pour tous.  Inscriptions uniquement pour conter: 081/22.92.10. info@maisonducontenamur.be
v  Le 13 de chaque mois dès 20h, Les  13  du  Rat,  soirée ouverte aux conteurs au Rat'Cont'Art, rue Pierreuse, 166 - 4000 Liège - Info: 0498 84 21 11.
v  Le 18 novembre à 19h30,  comme le 3ième vendredi de chaque mois, Les Zapéro-contes, à la Fleur en Papier Doré, rue des Alexiens, 53, à 1000 Bruxelles. Entrée gratuite.  Maximum 10 inscrits. Infos: 0474/94.90.69 - racontance@hotmail.com www.racontance.be
v  Le 21 de chaque mois, Atelier-formation-veillée-en conte, organisé par Contes z'à rebours, à l'ancienne école de Savy, 16, 6600 Savy.  5€ la soirée, formation comprise. Infos: 0494.61.74.00.
Agenda de novembre 2011

A=animations;  B=balade; C=conférence;  E=exposition; F=formation; Fl=festival ; R= repas;  S=spectacle; V=veillée

£ F                 Art de conter, Liège. Voir p. 9.
£ B     01        Balade contée nocturne, Aulnois. Voir p. 7.
£ S      04        Contes des Nuits Urbaines, Liège.  Voir p. 1.
£ V                 Scène ouverte, carte blanche, Verlaine. Voir p. 9.
£ S      05        La Chronique du bon Chevalier Messire Gilles de Chin, Vodelée. Voir p. 7.
£ S                 Le jardin de l'oiseau blanc, Vodelée. Voir p. 7.
£ SA               Contes de Perrault, Spa. Voir p. 7.
£ SA               Contes de fantômes et de revenants, Liège. Voir p. 7.
£ SA   06        Bambin sourd bouquine, Namur. Voir p. 7.
£ V     07        Veillée du 7, Liège.  Voir p. 1. et 9.
£ SA   09-30   Les contes de la nuit, Namur. Voir p. 7.
£ V     10        Contes du dixième jour, Namur. Voir p. 9.
£ S      11        Contes du onze du onze de l'an onze, Namur. Voir p. 7.
£ SR               Du nord au sud aux pays des contes, Seraing. Voir p. 8.
£ S                 11.11.11., Court St Etienne. Voir p. 8.
£ F      12-13   Raconter aux plus jeunes, la poésie de l'instant; Namur. Voir p. 9.
£ B     13        Muet comme une tombe, Bruxelles. Voir p. 8.
£ S                 Corne de brume, Bruxelles. Voir p. 8.
£ S                 Vy, Bruxelles. Voir p. 8.
£ V                 Les 13 du Rat, Liège. Voir p. 9.
£ SA   18        Carte Blanche, Bruxelles. Voir p. 8.
£ SA               Mer et mère, Bruxelles. Voir p. 8.
£ SA               J'ai faim, Bruxelles. Voir p. 8.
£ SA               Au cœur du dernier cri, Bruxelles. Voir p. 8.
£ SA               Love Mitou, Bruxelles. Voir p. 8.
£ V                 Les Zapéro-contes, Bruxelles. Voir p. 9.
£ SA   19        Au bout du conte, Namur. Voir p. 7.
£ S                 Heure du conte à la bibliothèque, Bruxelles. Voir p. 9.
£ VF   21        Atelier-formation-veillée-en-conte, Savy. Voir p. 9.
£ SA   23        La boîte aux trésors, Spa. Voir p. 9.
£ S      25        Il n'était pas, il sera, Liège. Voir p. 9.
£ S      27        Rira bien qui rira le dernier, Bruxelles. Voir p. 8.
________________________________________

Sylvie Tribout astrologue nous conseille une documentation sur les sorcières:
& Encyclopédie du fantastique et de l'étrange ; tome 2 : Sorcières et magiciens, de Béatrice Bottet, illustré par Christine Adam, Vincent Dutrait, Fabien Rondet et Nicolas Weis, Editions Casterman (mais on le trouve aussi chez France Loisirs). Celui-ci est très documenté, il regorge d'informations différentes, mais comme il est aussi abondamment illustré et que les informations sont présentées dans différents encarts, il est très facile et agréable à lire. Un vrai concentré de connaissances sur les sorcières.
& Grimoires, sortilèges et envoûtements, d'Edouard Brasey, Editions Fetjaine
Après avoir lu ce livre vous pourrez vous transformer en véritable sorcière !. Vous connaitrez tout de leurs us et coutumes, mais aussi ce qu'elles ont vécu à certaines périodes de l'Histoire et bien entendu vous aurez appris un certain nombre de sortilèges....
& Le livre secret des sorcières, de Katherine Quenot, aux Editions Albin Michel
On pourrait intituler ce livre "le grand abécédaire sur les sorcières", en effet on y voit tout ce qui traite de sorcellerie depuis A comme Abracadabra jusqu'à Z comme Zombies, en passant pas D comme Démons ou S comme Sabbat. C'est très instructif, alors si vous projetez de vous plonger dans la sorcellerie c'est le livre qu'il vous faut car vous y trouverez plusieurs recettes et incantations. Il en est de même si vous voulez vous lancer dans la chasse aux sorcières car vous saurez comment s'y est pris l'inquisition et vous saurez tout sur le bûcher et la question....
D'après Sylvie Tribout astrologue qui continue à nous parler des sorcières. (Début de l'article dans le Mensuel d'octobre)

Sorcières



- La Befana
On l’appelait «Stria», c’est-à-dire mégère ou sorcière. En réalité, elle était attendue avec anxiété par les enfants comme une sorte de St-Nicolas. Elle entrait par la cheminée. On réchauffait la pièce où la vieille sorcière devait arriver. On mettait sur la table différents mets, ainsi que des fruits et un peu de vin. On n’oubliait pas non plus de mettre du foin pour son âne. On faisait le ménage de crainte que la Vieille ne vienne tout déranger. Dans la cheminée, on pendait de vieilles chaussettes où la Stria pouvait déposer ses présents.
La sorcière offrait la couronne, sorte de chapelet dont les grains étaient des châtaignes cuites, des pommes et des oranges. Ces fruits étaient enfilés sur une ficelle. Les châtaignes, groupées par dix, étaient les « Ave Maria », les pommes les « Pater Noster ». Une orange finissait le rosaire.
Les garçons des villages allaient dans la forêt chercher du bois. Ils rangeaient tout ce bois en tas dans la cour, pour exécuter la vieille sorcière.
La nuit des Rois, parmi les chants, les cris et les pleurs des enfants, on brûlait la vieille sorcière, sorte de pantin de paille, vêtu de guenilles, lié à un poteau au-dessus du feu, dans la cour. Dans chaque hameau on pouvait voir de grands feux qui illuminaient vallées et montagnes.
En italien, « Befana » est à la fois le nom de la fête de l’Epiphanie et le nom de la sorcière. On dit qu’on peut toujours l’apercevoir sur son balai dans la nuit du 5 au 6 janvier, toute de noir vêtue, les souliers élimés et percés, portant un énorme sac sur le dos. Elle apporte des friandises aux enfants sages et… des morceaux de charbon aux autres.
En ce XXIe siècle, la Befana habite une petite maison à Urbania, une délicieuse petite ville d’Italie centrale, dans la province d’Urbino-Pesaro de la Région des Marche. Ici, on la célèbre et on lui fait la fête chaque année entre le 2 et le 6 janvier, l’Epiphanie clôturant cette semaine des Sorcières.
On se demande pourquoi on brûle cette gentille sorcière ! (ndlr)

- La Baba-Yaga
Cette sorcière qui vit dans la forêt est un personnage de la mythologie slave. Elle apparaît dans de nombreux contes russes, bulgares et polonais. C’est une sorcière qui se déplace dans un mortier, avance à l’aide d’un pilon, efface ses traces à l’aide d’un balai. Elle habite dans une maison perchée sur des pattes de poulet au fin fond d’une forêt. Cette maison peut donc tourner. Une des jambes de la Baba-Yaga est entièrement en os. C’est une ogresse qui dévore les gens, surtout les enfants, qu'elle cuit dans son four. La clôture autour de sa maison est faite d’ossements humains et les crânes servent d’éclairage. Le portail est fermé par des mains, une bouche pleine de dents acérées sert de cadenas. La Baba-Yaga a une mauvaise vue, mais elle est pourvue d’énormes seins qu’elle jette sur ses épaules de sorte qu’ils pendent dans son dos. Les animaux de la forêt obéissent à Baba-Yaga.
Baba-Yaga a du savoir vivre. Elle ne dévore pas les gens tout de suite. Si quelqu’un vient lui rendre visite, elle offre un repas et un bain et demande ce qui vous amène. Parfois, elle aide même certains en donnant des renseignements utiles ou un objet magique.
En Bulgarie, Baba Yaga est un personnage très utilisé par les adultes pour faire peur aux enfants qui ne sont pas sages.
Baba-Yaga est présente dans de nombreuses œuvres littéraires, dans la musique.

- La Dame Cygne
Elle est présente sur un lac irlandais, sur les bords du Rhin ou du Danube. Elle serait de taille moyenne, très gracieuse et sa peau serait aussi blanche et parfumée que le lys. Elle s’habille de plumes immaculées et porte des chaînes d’argent ou d’or rouge, des colliers ou des couronnes. Elle aurait un caractère particulièrement doux. Elle serait sage et patiente, mais deviendrait particulièrement dangereuse si on la menace. Son pouvoir magique serait immense.
Des légendes racontent que la Dame Cygne et ses compagnes auraient créé la voie lactée, les papillons blancs des marécages, les fleurs de nénuphars, la neige et les nuages. Elles pondraient même des pierres de lune, feraient chanter les alouettes des marais et protègeraient les albinos. Dame Cygne est une sorcière lunaire.

- La fée Carabosse
Elle est très vieille, très laide et très méchante. Elle est bossue. Si son apparition est rare dans les contes, elle n’en est pas moins célèbre pour être à l’origine de la malédiction qui frappe la princesse Aurore, héroïne de la Belle au Bois Dormant. La version la plus ancienne du conte qui nous soit parvenue est celle de « Le Soleil, la Lune et Thalie* », extraite du « Pentamarone » de Giambattista Basile. Il n’y est cependant pas question de méchante marraine. Si le destin de Thalie est bien prophétisé, il ne résulte pas d’un sort qui lui est jeté.  *Ce conte a été publié dans le Mensuel en février 2009.
Dans les deux versions postérieures du conte, qui restent les plus connues, la fée Carabosse n’apparaît pas en tant que telle :
. Dans sa version, Charles Perrault ajoute le personnage de la méchante marraine, mais elle est présentée comme une « vieille fée », sans précision sur son nom.
Dans l’adaptation des Frères Grimm, elle devient la « treizième fée » par opposition aux onze premières qui offrent à la princesse des dons merveilleux et à la douzième qui intervient en dernier ressors pour atténuer la malédiction.

- La fée Carabosse
Elle est très vieille, très laide et très méchante. Elle est bossue. Si son apparition est rare dans les contes, elle n’en est pas moins célèbre pour être à l’origine de la malédiction qui frappe la princesse Aurore, héroïne de la Belle au Bois Dormant. La version la plus ancienne du conte qui nous soit parvenue est celle de « Le Soleil, la Lune et Thalie* », extraite du « Pentamarone » de Giambattista Basile. Il n’y est cependant pas question de méchante marraine. Si le destin de Thalie est bien prophétisé, il ne résulte pas d’un sort qui lui est jeté.  *Ce conte a été publié dans le Mensuel en février 2009.
Dans les deux versions postérieures du conte, qui restent les plus connues, la fée Carabosse n’apparaît pas en tant que telle :
. Dans sa version, Charles Perrault ajoute le personnage de la méchante marraine, mais elle est présentée comme une « vieille fée », sans précision sur son nom.
Dans l’adaptation des Frères Grimm, elle devient la « treizième fée » par opposition aux onze premières qui offrent à la princesse des dons merveilleux et à la douzième qui intervient en dernier ressort  pour atténuer la malédiction.

- La Sorcière d’Hansel et Gretel
La plus connue dans le domaine allemand, autant dire la sorcière par excellence.  L'histoire est très connue, ce qui ne rend d'ailleurs pas son analyse superflue.
Ce conte des Frères Grimm était destiné aux lecteurs de la classe moyenne du XIXe siècle. L’original était pourtant une description de la dureté de la vie au Moyen Age. L’infanticide était alors, selon les idées historiographiques de l’époque, une pratique courante et en période de disette il était donc habituel d’abandonner les enfants dans les bois et de les laisser mourir.



____________________________________________________

Ce rond est-il rouge ?  Alors ceci vous concerne :

Si vous voulez (continuer à) recevoir ce  Mensuel d’Informations sur l’Oralité, les Conteurs et les Raconteurs:
En Belgique: il vous suffit de verser 12€ au compte BE 75 5230 8016 8151, identification BIC TRIOBEBB de la Maison du Conte et de la Parole de Liège-Verviers, asbl.  Vous serez assuré de recevoir prioritairement, pendant douze mois, un maximum d’informations sur le conte : spectacles, animations, repas contés, formations, balades, ...  en provenance non seulement de notre asbl, mais aussi de bien d’autres associations et d’autres conteurs. 
Pour tous renseignements : 04/367.27.06 ou 087/53.05.74
France et Europe: A cause de frais de port plus élevés, l’abonnement à notre Mensuel vous coûtera 23€.
Paiement par virement international de 23€ (demandez à votre banque des formulaires spéciaux Swiftcode ou BIC), au compte n° BE 75 5230 8016 8151, identification BIC TRIOBEBB Banque Triodos, 139/3, rue Haute,
B 1000 Bruxelles de la Maison du Conte et de la Parole de Liège-Verviers, 32/224, avenue Eugène Ysaÿe, B 4053 Embourg. En communication: nom et adresse où envoyer le Mensuel.


permanence téléphonique Maison du Conte et de la Parole de Liège-Verviers:
                                   - le mercredi matin, de 8h30 à 12h30 au 04/367.27.06, chez M-Cl Desmette.
                                   - répondeur: 087/53.05.74 chez Paul Fauconnier
sur Internet: http://users.swing.be/paroleactive/    
                     http://conteetparole.blogspot.com  (nom correct du site ! ! ! ! )
 
& Le grand livre pratique de la sorcière En 11 leçons, de Malcolm Bird, Edition Hachette Jeunesse. Vous avez de la chance ce livre a été réédité Les illustrations sont très rigolotes et ça donne presque envie de devenir une vraie sorcière... mais moi je ne peux pas puisque je suis un lutin... Il y a vraiment tout : Comment choisir et aménager sa maison, faire son jardin, faire sa cuisine, fabriquer son balais, et... (ah oui, ça c'est important pour une sorcière !) comment rester belle....

Aucun commentaire:

Publier un commentaire