dimanche 1 janvier 2012

Mensuel Janvier 2012 - N°229

Mensuel de diffusion d’informations sur l’oralité,
les conteurs et les raconteurs.
janvier 2012 - N°229
 

P 912122 Bureau de dépôt LIEGE 1–4000   Editeur responsable: Marie-Claire Desmette, av. E. Ysaÿe, 32/224  4053 Embourg


Au sommaire, ce mois-ci:
- Entretien
- Nouvelles du monde du conte
- Spectacles – Animations - Repas
- Ateliers – Formations
- 3 Histoires
- Affiche Veillée du 7


Pour vous souhaiter une
Bonne année 2012

la Maison du Conte et de la Parole de Liège-Verviers asbl

- vous offre la nouvelle affiche de sa Veillée du 7. P. 11. Verso blanc pour affichage

- vous invite à sa Veillée à thème et programmée:

Conte et chanson

chanteurs musiciens: Luis Pincheira et Jean-Pierre Steffens
conteurs: Marie-Claire Desmette       Léonardo Dolcimascolo           Olivier Firquet
                Roger Janssen                   Philippe Noël                             Michelle Troupin
                           
quand ? le 7 janvier 2012                          où ? Théâtre à Denis, 302, rue Sainte Marguerite à 4000 Liège
combien ?                                                 3€           pour qui ? tous publics
infos et pas de réservation: Tel: 04/367.27.06; http://conteetparole.blogspot.com

La force des contes alliée à la force des chansons.
Le prix sera remis à Julie Dal Pont, l'artiste qui a réalisé notre nouvelle affiche.


Des veillées spéciales … et aussi des scènes ouvertes


édito
__________________________________________________________________________________________________
                                   Marie-Claire Desmette

Comme vous aurez pu le voir en première page, la Veillée du 7 janvier dérogera à nos habitudes, elle sera à thème et programmée, "Conte et Chanson". 
Nous avons décidé de suivre deux formules pour les Veillées du 7.  Lorsque le 7 tombera pendant le week-end, nous aurons une veillée à thème et programmée.  En 2012, elles auront lieu en janvier, avril, juillet, septembre, décembre. Notre but est de mobiliser les énergies et nous ouvrir à d'autres techniques pour nous enrichir nous et notre public.
Nous avons d'autres thèmes en préparation et vous serez tenus au courant par le Mensuel et tous nos moyens de communication.
Nous n'abandonnons pas pour autant les veillées scène ouverte qui auront lieu en février, mars, mai, juin, août, octobre et novembre.
Nos veillées conviviales et sans façon ont déjà une longue existence.  En 1992, Parole Active, notre ancêtre, a été la première association de conteurs en Belgique et la première à organiser ce genre de veillées.  Nous ne nous renions pas.

Les veillées scène ouverte n'ont pas perdu leur raison d'être.  La première est de fournir un vrai public aux débutants dans une ambiance sympathique.  Cette ambiance permet aussi aux conteurs moins débutants ou affirmés de tester un conte en travail et de tirer d'utiles leçons des réactions des spectateurs.    
Il est aussi agréable de présenter un conte qu'on aime, d'entendre les contes aimés par nos amis. Non moins importante est l'occasion de se retrouver entre habitués et de faire de nouvelles connaissances.  Tout au long de cette longue histoire, nous avons eu l'occasion d'applaudir et d'encourager la présentation de contes traditionnels et aussi plusieurs sortes d'initiatives et d'originalité.  Que des veillées soient organisées par d'autres associations ne peut que nous encourager à persévérer.
En conclusion, veillées à thème et programmées, veillées scène ouverte, vous avez toujours de bonnes raisons pour venir à la Veillée du 7 à 20h00, au Théâtre à Denis, 302, rue Ste Marguerite à Liège.  
Nous vous attendons.

________________________________________________________

Entretien avec Dominique Leruth, Secrétaire Générale, et Dominique Brynaert, trésorier et webmaster de l’asbl, et conteurs tous deux.



Racontance


Quand est né Racontance ?
Historiquement, Racontance est née le 21 décembre 2007. Mais l’asbl en tant que telle a été officiellement portée sur les fonds baptismaux en août 2009.

Comment est-elle née ?
Thérèse Guyaux, notre actuelle Présidente, habite le « Coin du balai », quartier typique de Watermael-Boitsfort (voir p. 7.). Elle décida un beau jour, avec d’autres colocataires de la maison qu’elle occupait à l’époque, d’organiser une soirée à laquelle nous avons assisté comme simples spectateurs. Au cours de cette soirée on a pu entendre des contes, des lectures de textes, de la musique. Tout ceci se passait dans une cabane au beau milieu des bois un soir glacial du 21 décembre 2007. Un feu dans un bidon nous rassemblait. Nous nous sommes aussi réchauffés avec une soupe à l'oignon. Des spectateurs ont trouvé cela génial et sympathique. Néanmoins, comme nous y avions eu aussi très froid, nous nous sommes mis en recherche d’un lieu un peu plus confortable, et surtout chauffé. Comme nous connaissions bien Catherine Brutout du Théâtre du Méridien, nous sommes allés la trouver et elle a accepté de nous recevoir au bar de son superbe théâtre situé au 202, de la Chaussée de La Hulpe. Tout ceci restait donc une affaire de quartier. Très vite ce fut un succès… mais nous avons perdu la soupe à l’oignon en cours de route.
Nous avons commencé par une séance tous les trois mois, les « Contes d'équinoxes » qui sont ensuite devenus plus logiquement les « Contes d’équinoxes et de solstices ». Nous avons ensuite alterné les lieux sur Watermael et Boitsfort, le bar du Delvaux (le Centre Culturel de Watermael-Boitsfort) nous accueillant pour les équinoxes de printemps et d’automne et le bar du Méridien pour les solstices d’été et d’hiver. Mais il faut bien reconnaître que ce nom était trop long. Nous en avons cherché un plus court, plus percutant et « Racontance » s'est imposé à nous.

Quel est votre objet social ?
Tels que mentionnés aux articles 1 et 2 de nos statuts :
1.      La promotion et la transmission de l'art du récit sous toutes ses formes actuellement connues et à venir en ce compris la formation à cet art.
2.      La promotion et la transmission des arts visuels et audiovisuels tel que la photographie, la peinture, le dessin, l'infographie et toutes les autres disciplines actuellement connues et à venir servant ou mettant en valeur l'art du récit en ce compris la formation à ces arts.
Nous envisageons aussi d'éditer des textes, des vidéos dont l'objet est de mettre en avant l'art du récit. Actuellement, pour nous, le conte en est la traduction principale.

Quel est votre but, de façon moins formaliste ?
Nous nous investissons d’abord pour combattre le cliché largement répandu que « le conte est uniquement pour les enfants ». C’est un peu notre croisade. Faire découvrir le conte à ceux qui connaissent trop peu ou pas du tout la richesse de cet univers. Cela ne nous empêche pas de nous adresser aussi aux enfants. Aux familles. Mais, nous sommes avant tout un groupe d'échanges. Echanges entre conteurs. Echanges avec le public.

Racontance rassemble combien de conteurs ?
Nous sommes, à ce jour, une vingtaine de conteurs et conteuses venus de tous les horizons : Maisons du conte ou autodidactes, professionnels, semi-professionnels ou en devenir. Seule obligation pour faire partie de la « famille Racontance » : l’amour du conte… et du talent. Nos conteurs restent libres de faire partie  d’autres groupements, d’avoir leur activité indépendante de nous. Mais c’est vrai qu’il y a un esprit « Racontance » qui existe.

Quels sont vos lieux d'activité ?
Nous avons donc d’abord établi nos pénates au Théâtre du Méridien puis au Centre Delvaux. Depuis 2008, nous avons investi La Fleur en Papier Doré, estaminet typiquement bruxellois situé 55, rue des Alexiens en plein centre-ville, à deux pas du Sablon. Mais nous ne comptons pas nous arrêter en si bon chemin.

Quelles sont vos activités principales ?
D'abord, les Zapéro-contes, le troisième vendredi de chaque mois de septembre à juin. C'est une scène ouverte qui rassemble des conteurs de tous niveaux, de toutes formations. Nous voulons rester ouverts à tous. C’est une bonne occasion de se frotter à un public, de rencontrer d'autres conteurs, de venir tester un nouveau conte. C'est un lieu d'échanges convivial qui se prolonge un verre à la main, autour d'une table. Nous avons aussi parfois quelques musiciens, des chanteurs de chanson française.
Nous fonctionnons au chapeau et le produit est redistribué aux membres de Racontance ayant conté.
Les séances durent de 19h45 à 22-23 heures environs mais parfois se prolongent tard dans la nuit.
Une moyenne de douze artistes s’y produisent en général. Nous demandons aux conteurs de ne pas dépasser les dix minutes et aux chanteurs de se limiter à deux chansons. Ils s'inscrivent en arrivant. Dominique Brynaert  orchestre la soirée et veille à un programme équilibré.
Pour les conteurs qui viennent hors Bruxelles, ils peuvent s'inscrire par courriel et ont la priorité pour passer en première partie.
Nous insistons beaucoup sur la convivialité, l'atmosphère de collaboration.

Quel est votre public ?
Dans le cadre de ces soirées, un public plutôt adulte. Peu d'enfants. Nous rassemblons habituellement une cinquantaine de spectateurs en moyenne.

Avez-vous d'autres activités ?
Tous les deux mois, en plus des Zapéro-contes, nous organisons depuis cette saison, les Soirées « Pilier de cont(e)oir ». Au cours de ces soirées, un conteur membre de Racontance y présente un spectacle complet.
Nous avons aussi participé à plusieurs Festivals : « La Fête des Fleurs » à Watermael-Boitsfort, le « Festival Théâtres Nomades » dans le parc de Bruxelles, les journées du Patrimoine à Louvain-la-Neuve. Plus récemment, nous avons organisé les « Contes au Marché » de Watermael-Boitsfort et avons participé à la journée « Jardins ouverts » dans les très beaux jardins suspendus du Théâtre du Méridien. Tout dernièrement, certains de nos membres ont également été sollicités par les Conteurs en Balade pour assurer des prestations à des « Midis contés » pendant l’été et à « Bruxelles ça conte », le Festival bruxellois du Conte, au mois d’octobre. Nous sommes aussi très fiers que 4 de nos membres aient été sélectionnées au Concours du Festival international du conte de Chiny cette année et que Julie Dufils y ait reçu une mention spéciale du jury.
Nous avons également mis sur pied l’activité « Conteurs à domicile » pour permettre à tout un chacun de pouvoir recevoir un ou plusieurs conteurs chez lui pour une occasion particulière : anniversaire, mariage, divorce…
Toutes ces activités s’adressant à des publics très variés, comme vous pouvez l’imaginer et utilisant des techniques allant du conte de veillée au conte d’intervention.
Nous avons d’ailleurs suivi la formation au conte d'intervention à Chiny, animé par Yvan Couclet et Etienne Piette.
Encore une fois, nous ne comptons pas nous arrêter en si bon chemin.

Quels services offrez-vous aux conteurs ?
En plus des Zapéro-contes et des Soirées Pilier de Cont(e)oir, nous leur offrons d’abord une visibilité sur notre site avec une fiche d'identification, photos, vidéos, annonce de leurs spectacles. Et lorsqu’un organisateur d’évènements  cherche un ou des conteurs pour des projets précis, nous répercutons l’information à nos membres.
Nous avons également déjà proposé deux formations à destination des conteurs en devenir. Une avec Stéphane Van Hoecke et une autre avec Philippe Sizaire qui aura lieu en février 2012

Comment assurez-vous votre visibilité ?
Le bouche à oreille fonctionne mais nous avons souhaité dépasser le cercle copains-copines.
Nous avons voulu gérer Racontance comme une petite entreprise, y compris au niveau de la communication, et du marketing. L’un est journaliste, l’autre l’est de formation. Tous deux sommes habitués aux relations avec la presse, capables d'un travail de fond. Interviews, communiqués de presse, annonces sur les sites de culture, aux centres culturels.
Nous avons une « Newsletter » que nous envoyons à environ 2.000 à 2.700 personnes.
Nous avons aussi notre site web très actif (www.racontance.be) qui publie des photos, des vidéos, toutes les infos que nous rassemblons sur nos membres, un agenda très suivi. Actuellement notre site reçoit de 350 à 450 visites par semaine et les chiffres continuent à progresser.
Quand nous travaillons sur la promo d’un spectacle en collaboration avec l’un de nos membres, nous prenons en charge les réservations et  une grosse partie de l’organisation pour lui permettre de se concentrer sur son spectacle. Mais, nous ne sommes pas des agents ! Nous préférons privilégier l'échange, la collaboration, le win-win.

Reparlons de la Fleur en Papier Doré. Comment la salle se présente-t-elle ?
Nous avons commencé à l’étage, dans une toute petite salle qui ne pouvait accueillir que 30 à 40 personnes. Mais, nous y avons très vite été à l’étroit. Aussi nous sommes allés trouver le patron pour qu’il nous permette d’occuper la grande salle du fond. Ce qu’il a accepté sans problème. Ensuite, ils ont racheté la maison d'à côté pour y installer une salle de spectacles et de séminaires très confortable pour 50 à 60 personnes que nous occupons depuis la nouvelle saison. Il n'y a pas encore d'équipement technique. Rien ne dit qu'il ne viendra pas à l'avenir.
Comme l’on peut manger et boire sur place, cela renforce la convivialité

Comment devient-on membre de Racontance ?
Il faut en faire la demande écrite par lettre ou par courriel. Nous demandons au candidat de venir conter à une  soirée Zapéro-conte ce qui lui permet de s’évaluer par rapport aux autres conteurs. Nous voyons s’il  est prêt à jouer le jeu de l’échange, de la convivialité. La demande est examinée en bureau exécutif. Jusqu'à présent, nous n'avons encore refusé personne.

Avez-vous des projets d'avenir ?
Nous en avons beaucoup et nous devons parfois nous freiner pour rester réalistes, pour ne pas nous laisser emporter.
Dans nos nombreux projets (1 par jour au bas mot en moyenne) : nous envisageons de créer une maison d’édition qui publierait du court : contes, nouvelles, mini-romans. Nous espérons pouvoir organiser un festival, comptons proposer à nos membres de vendre leurs spectacles. Mais, nous ne voulons pas entrer en concurrence avec d’autres groupements. Le milieu du conte est déjà tellement étroit qu’il ne faudrait pas aller paître dans le pré du voisin. Dans notre esprit, la collaboration est plus constructive que la concurrence. Nous ne voulons pas agir de manière agressive dans ce milieu où tout le monde se connaît.
Nous sommes ouverts tout autant au conte traditionnel qu'aux approches plus contemporaines du conte, aux techniques associées, comme le slam, par exemple.
Nous essayons de fixer sur vidéo la majorité de nos activités. Le montage est une activité qui prend de plus en plus d’ampleur et énormément de temps.
Nous tenterons toujours de nous remettre en question, de  ne pas perdre notre naïveté, notre fraîcheur. Qui vivra verra…

Coordonnées utiles :
Dominique Leruth, secrétaire générale, chaussée de La Hulpe, 365, 1170 Bruxelles.  0474/94.9069.


__________________________________________

- le 4 février à 20h15,  Contes croisés - ruse, sagesse et folie  par Ahmed Hafiz et Fahem Abes à La Fleur en Papier Doré, 55, rue des Alexiens à 1000 Bruxelles.
Quand les contes de Kabylie croisent l'imaginaire des gens d'Orient. Dans la série "Pilier de conte(oir)"
Nouvelles du monde du conte:

·    L'Assemblée Générale de la Maison du Conte et de la Parole de Liège-Verviers, asbl, aura lieu le 22 janvier à 19h00 au Théâtre à Denis, 302, rue Ste Marguerite à 4000 Liège.  Les abonnés au Mensuel sont membres adhérents.  Ils ont voix consultative.  En clair, cela veut dire que vos avis et conseils sont les bienvenus mais que vous ne pourrez pas voter.
Les membres effectifs seront prévenus par courrier postal.

·    Pour son spectacle Vy, Michèle Nguyen a reçu le Molière Jeune Public en France et le Prix du Meilleur Seul en Scène en Belgique. Même s'il est question de "Seul en Scène", Michèle Nguyen est qualifiée de conteuse par Catherine Makereel, l'auteur de l'article.  Nos félicitations à Michelle Nguyen et que les contes continuent à l'accompagner, pour notre plus grand plaisir.

·    Fais-moi un Conte déménage !
Pour info/mémoire, Sophie de Patoul (de Havelange) a décroché le prix du jury du 17e concours Fais-moi un Conte. Elle est vraisemblablement la dernière finaliste couronnée en décembre… En effet, Fais-moi un Conte déménage ! Oui ! Cela dit, il ne s‘agit pas d’un déménagement dans l’espace mais bien dans le temps ! Après avoir abandonné la thématique des histoires de Noël (c’était le cas entre 1994 et 1996), les organisateurs se préparent maintenant à quitter la période de Noël.
Ce qui change… Pour éviter les impondérables inhérents aux caprices de la météo, les finales seront programmées lors du week-end précédant le jour du printemps. Les finales de la 18e édition se dérouleront les 16 et 17 mars 2012.
Ce qui reste… Le principe et la philosophie du concours restent inchangés. Thème du 18e concours ?
« Ordre & désordre ». Les textes devront nous parvenir pour le 27 janvier 2012.
Infos et règlement complet : Centre Culturel de Philippeville 071-66.23.01

·    L’asbl Contes za Rebours » organise avec le Centre Culturel de Bastogne une formation Contes enmusiqués  par Luigi Rignanese, les 5 et 6 mai 2012.   Hébergement à la « Ferme des bisons » http://www.fermedesbisons.be/, gîte « Le Manège »  à Recogne   B – 6600  Bastogne.   220 €  Ce prix comprend la formation,  les repas des samedi et dimanche,  et hébergement à partir du vendredi soir  Un cuisinier spécialiste du terroir, Yves B, assure les repas régionaux.  Entrée au spectacle de Luigi le samedi soir incluse.  conteszarebours@live.be   0495.61.52.92   
 Marianne Mongiat   GSM  0494.61.74.00  ou encore Centre Culturel de Bastogne oo (32)  061.21.65.30.             Un acompte de 100 € assure la réservation. Ce stage s’adresse à tous conteurs désireux d’apporter une certaine musicalité à la parole. 

·    Le CLiO et la DGLF (Direction Générale à la Langue Française et de la Francophonie) vous invitent à participer à la « La Farandole des histoires ». Il s’agit d’une danse de récits se joignant les uns aux autres comme les mains des danseurs, par les mots qui les introduisent et les concluent. La règle du jeu: Ouvert à tous, ce jeu-concours invite à raconter oralement et/ou par écrit, une histoire. vécue ou inventée. Chaque participant devra commencer son histoire par un mot et la terminer par un autre, à choisir dans la liste suivante : Ame / Autrement / Caractère / Chez / Confier / Histoire / Naturel / Penchant / Songe / Transport.
Ne pas dépasser quatre minutes. Pourra être musicalisée. Maximum 3 000 caractères. Le texte et/ou la mise en voix devront être adressés au CLiO avant le 1er mars 2012.
Durant la semaine de langue française et de la francophonie, du 17 au 25 mars 2012, les internautes seront invités à voter en ligne pour choisir six lauréats.
Les résultats paraîtront le lundi 16 avril 2012. Les six lauréats du concours recevront un CD audio contenant les enregistrements des six histoires. Leur récit restera en ligne sur le site du CLiO pendant six mois. Ils seront invités à venir raconter leur histoire pendant le festival EPOS, à Vendôme, lors de la nuit où « Tout le Monde raconte ! », du 7 au 8 juillet 2012.
 Le concours s'inscrit dans l’opération « Dis-moi dix mots », proposée à l’occasion de la semaine de la langue française et de la francophonie, par la Direction Générale à la Langue Française et de la Francophonie (DGLF) du Ministère de la Culture et de la Communication. Pour une définition des dix mots retenus cette année, visitez le site Internet de la DGLF : http://www.dglf.culture.gouv.fr/.
Contact: Camille Coursault, Documentaliste, documentation@clio.org
CLiO - Quartier Rochambeau - 41100 Vendôme. Tél. : 02 54 72 26 76 / Fax : 02 54 72 25 30 
Si vous voulez que vos infos paraissent dans le Mensuel, il est indispensable d'observer les instructions suivantes:

·      Envoyez-nous vos informations avant le 14 du mois précédant la publication,
·      un mois plus tôt pour les formations,
·      complètes et lisibles,
·      par poste à Marie-Claire Desmette, av. Eugène Ysaÿe, 32/224  4053 Embourg.  Tel : 04/367.27.06.
·      ou par courriel à maisonconte.liege@skynet.be 
·      Ne comptez pas sur les organisateurs de spectacle. Envoyez-nous vous-même vos infos.
Idéalement, vos informations comportent:
organisateur,               titre,                 genre d'activité,                       artiste(s),
date et heure,              lieu,                 prix,                                        public cible,   
coordonnées pour infos et réservations,                                                        max. deux lignes de commentaire

C'est vous qui nous envoyez vos informations.
Veuillez ne pas les noyer dans une mise en page compliquée Epargnez-nous les fantaisies, les recherches, l'exploration.  Epargnez le travail bénévole de la rédaction, de la correction, de l'expédition.
L'idéal pour nous, le plus sûr pour vous, c'est le copier-coller


Spectacles – Animations – Repas

Maison du Conte de Bruxelles

Cache-Cache, goûter conté par Odile Burley et Elisabeth Urlic

quand ?  le 7 janvier à 16h                     où ? Maison du Conte de Bruxelles – 7d rue du Rouge-Cloître – 1160 Bruxelles
combien ? 4€/enfant – 6€/adulte            pour qui ? 2 - 5 ans
Infos et réservation: 02 736 69 50 – info@maisonducontebxl.be
Une petite fille s'est perdue en jouant à cache-cache. Elle est dans le grenier. Elle a peur. Elle rencontre une chaise, un chat, une souris et un œuf. Plus un violoncelle qui l'accompagne et avec qui elle peut parler


Les dimanches du conte
Baba la Francespectacle par Rachid Akbal

quand ? le 8 janvier 2012, à 20h                                           où ? Centre Culturel Bruegel, 247 rue Haute à 1000 Bruxelles
combien ? 8/5€                                                                         pour qui ? adultes, et adolescents à partir de 14 ans
infos, réservation indispensable: 0485 67 10 89 ou info@dimanchesduconte.be  www.dimanchesduconte.be
Fils d'immigré algérien, Rachid Akbal réinvente l'histoire de son père, héros malgré lui avec des récits tendres, violents, drôles et oniriques, qui ne vous laisseront pas indifférent.

L'Heure du conte, animation-spectacle par Jeanne la contesse

- le 14 janvier 2012, Contes des vilains défauts, pour les 3 à 8 ans (et +).
Tous les défauts humains se reflètent dans les contes, certains sont impardonnables et d'autres sont presque encouragés.

- le 21 janvier, Contes du pouvoir de l'argent pour les 7 à 97 ans
Rien de mieux que la pauvreté pour commencer un conte, qui tient à assurer la tranquilité future de celui ou celle qui s'apprête à "vivre heureux et avoir beaucoup d'enfants".
_________________________________________________________________________________________________________________________

quand ? de 15 à 16h                                      où ? Fnac, rue Joffre, 4000 Liège                                      combien ? gratuit
infos: 04/23.27.122  jeanne.godenne@skynet.be

la Maison du Conte de Namur
Bambin sourd bouquine

quand ? le 22 janvier à 10h30 et 11h30                              où ? Bibliothèque communale, Venelle des Capucins
combien ? gratuit                                                                     pour qui ? . Enfants de 2 à 8 ans accompagnés

Foyer culturel de Philippeville                                                                                                             Réglons nos contes

- Amours de jeunesse par Christine Andrien et Magali Mineur
Au départ de chansons populaires ayant  nourri leur jeunesse,  les conteuses ont  revisité leurs souvenirs du temps où elles ont aimé pour la première fois, maladroitement, intensément, passionnément…

- Chrysalides par Roxane Ca’Zorzi et Ludwine Deblon
Une femme rêve en vain d'enfants, l'autre, le ventre rond, organise et planifie les années à venir... Mais les enfants à naître, qui peut prévoir leur destinée ?
_________________________________________________________________________________________________________

quand ? le 27 janvier à 20h00                                               où ? Maison de Village à Soulme
combien ? 6/3/1,25                                                                  pour qui ? tout public à partir de 12 ans
infos, réservation: 071/66.23.01; centre.culturel.doische@skynet.be

Barricade asbl                                                                 
Paroles du vent du Nord, spectacle par Tous contes fées …Au fil de l'Epée

quand ? le 27 janvier 2012 dès 20h30                                 où ? Barricade, 19-21, rue Pierreuse à 4000 Liège.  
combien ? 3€                                                                            infos, réservation conseillée: 0476 68 00 73
Souffle la bise, tombe la neige, venez écoutez au chaud les contes venus du froid

Ateliers – Formations

Maison du Conte de Namur                                                                                                                              T.A.P.S.
                                                                                                                          
- les 21 et 22 janvier 2012, Ni tout-petits ni très grands: les maternelles par Karine Moers

56€.
Entre amusement et sérieux, histoires anodines qui font battre le cœur, histoires écrites et de traditions, chansons et jeux.

- les 18 et 19 février, Se mettre à son conte par Pepito Matteo.  62€
Exercices sur les sens, expression corporelle et vocale, adresse au public, improvisation, jeux de langage, contrainte d'écriture, souvenirs, faits-divers, objet, pour amorcer des récits.
_________________________________________________________________________________________________________________________

où ? à Namur.                                                                           infos, réservations: 081/776.809 taps@province.namur.be

Centre culturel de Perwez                                                                               Maison du Conte et de la Littérature

Des mots sur les mets, Atelier d’écriture de contes avec Philippe Casterman

quand ? 21 et 22 janvier                                                 où ? rue du Prieuré, 37 b, 1360  Malèves-Sainte-Marie (Perwez)
combien ? 120€ repas midi compris                             infos, inscriptions: 081/23.45.55 info@foyerperwez.be
Un voyage rabelaisien dans les arcanes de notre appareil digestif, réceptacle immuable de nos fringales, de nos plus boulimiques phantasmes.  Récit à présenter lors du festival « la Route du Conte » en avril 2012.


Le Coin du Balai (voir p. 2)



D'après l'histoire, les habitants de ce quartier fabriquaient des balais à l'ancienne avec des fagots ramassés dans la forêt de Soignes toute proche. Le privilège leur aurait été accordé par Charles-Quint.
D'après la légende, Charles-Quint se serait perdu dans la forêt. A l'approche de la nuit, il aurait repéré une chaumière et, sans révéler son identité, il aurait demandé l'hospitalité aux pauvres habitants. Ceux-ci lui auraient servi une pièce de venaison, braconnée. Le braconnage était sévèrement puni, souvent de mort. Charles-Quint ne fut pas rancunier et pour remercier les pauvres gens leur aurait octroyé le droit d'aller ramasser des fagots dans la forêt, de faire des balais et de les vendre.
Ce quartier est entouré par la forêt de Soignes sur trois côtés. C'est un des derniers villages de Bruxelles. Les anciens habitants vivaient de la forêt, vendant sur les marchés des fleurs, des champignons prélevés sur celle-ci. Les vieux parlent encore le patois local, le vieux boitsfortois.


Veillées

Ces veillées sont des réunions amicales et conviviales, où tout le monde peut conter, éventuellement après inscription.
v  Chaque premier vendredi du mois, Scène ouverte, carte blanche, à la Ferme des Sanglochons, chaussée de Namur, 42, à 6840 Verlaine.  061/22.22.33.
v  Vendredi 6 janvier 2012, Les Rois  à la Tartine Quotidienne à Tournai 19h.30 et Concours de la plus belle couronne.  Repas conté. Réserv. : 069 / 233588
v  Le samedi 7 janvier à 20h00, La Veillée du 7, animée par  la Maison du Conte et de la Parole de Liège-Verviers, ne sera pas une veillée "scène ouverte" mais une veillée à thème et programmée (voit p.1  et 2).  La prochaine veillée scène ouverte aura lieu le 7 février, au Théâtre à Denis, 302, rue Ste Marguerite à Liège. 2 €  (au moins !) pour tout le monde.  Pas d’inscription ni de réservation. Infos, voir encart p. 10.
v  Le 10 janvier à 20h30, Contes du dixième jour, organisé par la Maison du Conte de Namur, rue des Brasseurs, 170 à 5000 Namur.  Paf: 3€   pour tous. Pour raconter, s’inscrire au 0489 933 548.
v  Le 13 de chaque mois dès 20h, Les  13  du  Rat,  soirée ouverte aux conteurs au Rat'Cont'Art, rue Pierreuse, 166 - 4000 Liège - Info: 0498 84 21 11.
v  Le 20 janvier à 19h30,  comme le 3ième vendredi de chaque mois, Les Zapéro-contes, à la Fleur en Papier Doré, rue des Alexiens, 53, à 1000 Bruxelles. Entrée gratuite.  Maximum 10 inscrits. Infos: 0474/94.90.69 - racontance@hotmail.com www.racontance.be
v  Le 21 de chaque mois, Atelier- formation-veillée-en conte, organisé par Contes z'à rebours, à l'ancienne école de Savy, 16, 6600 Savy.  5€ la soirée, formation comprise. Infos: 0494.61.74.00.
________________________________________________

Agenda de janvier 2012

A=animations;  B=balade; C=conférence;  E=exposition; F=formation; Fl=festival ; R= repas;  S=spectacle; V=veillée

£ V     06        Scène ouverte, carte blanche, Verlaine. Voir p. 8.
£ V                 Les Rois, Tournai; Voir p. 8
£ S      07        Conte et Chanson, Liège.  Voir pp. 1 et 2.
£ S      08        Baba la France, Bruxelles.  Voir p. 6.
£ SR               Cache-cache, Bruxelles. Voir p. 6.
£ V     10        Contes du dixième jour, Namur. Voir p. 8
£ V     13        Les 13 eu Rat, Liège. Voir p. 8
£ SA   14        Contes des vilains défauts, Liège. Voir p. 6.
£ V     20        Les Zapéro-contes, Bruxelles. Voir p. 8
£ SA   21        Contes du pouvoir de l'argent, Liège. Voir p. 6.
£ V                 Atelier-formation, veillée-en conte, Savy. Voir p. 8
£ F      21-22   Ni tout-petits ni très grands, Namur. Voir p. 7.
£ F                 Des mots sur les mets, Malèves Sainte Marie. Voir p. 7.
£ SA   22        Bambin sourd bouquine, Namur. Voir p. 6.
£ S      27        Amours de jeunesse, Soulme. Voir p. 7.
£ S                 Chrysalides, Soulme. Voir p. 7.
£ S                 Paroles du vent du Nord, Liège. Voir p. 7.
____________________________________________________
Les mages


Les mages, savants astronomes, - sont-ils rois ? – se sont mis en route pour suivre une étoile nouvellement apparue.  Après des jours et des jours de marche, ils ne voient plus l'étoile.  Ils sont découragés.  A l'étape, ils rentrent chacun dans leur tente. Tout est calme.
Le mage noir tourne et se retourne sur sa couche.  Il se lève.  Les chameaux sont entravés.
- "Ils n'ont pas eu à boire !"
Le mage noir ne veut pas réveiller les serviteurs.  Il va lui-même aller puiser de l'eau.  Il se penche sur le puits.  Dans l'eau calme, une étoile se reflète.



D'après des souvenirs impossibles  à  préciser

Un inédit de Dominique Leruth
Ephémères ©

Il était une fois au pays des fées et des farfadets, une toute, toute petite fleur immaculée au beau milieu d’une prairie à la couleur d’émeraude. Cette petite fleur pleurait. Elle pleurait. Elle pleurait et pleurait encore et encore. Tant et si bien qu’un  ruisseau commença à prendre naissance au pied de cette toute, toute petite fleur.
Un farfadet qui venait à passer pas là l’entendit et, se retrouvant les pieds dans l’eau, lui dit :
- Eh bien, qu’as-tu donc à pleurer comme ça ? Si tu continues, toute la prairie sera sous eau et tu finiras par te noyer.
-  A quoi bon lutter, fit la petite fleur en reniflant, bien qu’elle n’ait pas de nez. Laisse-moi donc, tu ne pourrais de toute façon pas comprendre.
-  Comme tu voudras, répondit le farfadet en se secouant les pieds.
Et il s’éloigna en médisant de cette sotte de fleur qui n’avait pas voulu de ses conseils.
La petite fleur blanche continua à pleurer. Une flaque s’était déjà formée à la base de sa tige. Un discret croassement attira son attention.
-  Croaaaas-tu qu’il est bon de t’abîmer les yeux ainsi ? croassa une grenouille à ses côtés.
Ce qui était une bien étrange question puisqu’elle n’avait pas plus d’yeux que de nez finalement.
-  Laisse-moi, fit la fleur. De toute façon, tu n’y comprendrais rien.
-Comme tu voudroaaaaas, fit la grenouille. Mais avant, tu permets que je dépose mes œufs à tes pieds ? Pieds qu’elle n’avait pas plus que d’yeux ou de nez d’ailleurs.
La grenouille pondit une centaine d’œufs dans la marre qui s’étalait alentour et repartit en sautillant.
La fleur se remit à pleurer de plus belle. Un étang prenait forme tandis que l’eau montait, montait…
Une ondine s’approcha de la blanche fleur qui pleurait toujours. Elle s’assit à ses côtés et commença à lisser ses longs cheveux tout perlés d’or sous le chaud soleil  de juin. Au bout d’un moment, elle posa distraitement les yeux sur la petite fleur à ses côtés qui pleurait toujours.
- Pourquoi ce chagrin ? lui fit-elle en lui passant les cheveux sur la corolle pour y essuyer les larmes qui coulaient sans discontinuer depuis le matin.
La fleur leva alors sa corolle vers la superbe créature à ses côtés et se remit à pleurer encore plus fort. Vexée l’ondine plongea dans l’eau en faisant de grands ronds sur le lac qui s’était à présent formé.
L’eau atteignait maintenant le bas de sa corolle et le soleil commençait à descendre dans le ciel.
Un mouvement à ses côtés attira alors son attention. Un minuscule insecte glissait sans bruit sur l’eau. Ses longues pattes-arrières étaient longues et gracieuses et la membrane de ses ailes faisait comme une dentèle délicate. La fleur admira le ballet pendant quelques secondes, oubliant de pleurer. On aurait dit une patineuse. Au bout d’un moment, elle interpella l’insecte.
-  Et toi…
L’insecte se retourna comme étonné que l’on ait remarqué sa présence.
-  Oui toi, approche.
Le minuscule insecte glissa jusqu’à elle avec une grâce qui émerveilla petite fleur.
-  Que puis-je pour toi ? fit l’insecte, une fois arrivé près d’elle.
- Oh, pour moi rien, je le crains. D’ici ce soir, je ne serai plus de ce monde. Je suis une éphémère et je ne vis qu’un jour, dit la petite fleur blanche tristement.
- Ah, bon ? Tiens, comme c’est amusant, lui répondit le petit insecte, moi aussi je suis une éphémère et je dois me dépêcher car je n’ai pour ma part plus que quelques heures à vivre et j’ai encore plusieurs centaines d’œufs à pondre. Ce lac est une bénédiction. Si je ne l’avais pas trouvé aussi vite, je n’aurais pu profiter de cette belle journée d’été avec mon compagnon avant de disparaître.
Petite fleur ne dit rien. Elle ne pleurait plus. Elle regarda s’éloigner l’insecte qui tapissait le lac de sa ponte. Ensuite, elle regarda le plus beau coucher de soleil qu’elle verrait jamais de sa vie. Et si elle avait pu avoir une bouche, ce qu’elle n’avait pas, bien entendu, on aurait pu y voir s’esquisser le plus merveilleux des sourires.

Ce texte original est la propriété de Dominique Leruth


Le prince poulet



Le jeune fils de ce vieux roi est de belle mine, de bon cœur, d’esprit bien nourri, mais il est convaincu de n'être pas un homme mais un poulet. Le roi prend fort mal la chose. A l’heure des repas, son fils bien-aimé caquette nu sous la table en picore des grains de blé. Le roi appelle à son chevet la fine fleur des médecins, des sorciers, des guérisseurs. On l’ausculte, le sermonne, le gave de potions magiques, rien n’y fait. Poulet il est, poulet il reste. Le roi tombe en dépression,
Le pays jadis prospère tourne à vau l'eau.  Un jour, un maigrichon sans diplôme s’annonce au palais royal.
- Je ne soigne pas, je guéris, dit-il aux gardes de service. Introduisez-moi, s’il vous plait, auprès de votre Majesté.
On lui répond : - Tu plaisantes ?
- Dites-lui ceci de ma part : Pour sortir quelqu’un de la fange il est nécessaire, d’abord, de plonger dedans avec lui. On rapporte ces paroles au roi. Un échec de plus ou de moins, au point où le pauvre en était, ne lui faisait ni chaud ni froid.
- Qu’il entre, on verra bien.
Premier déjeuner. Belle nappe, chandeliers d’or, convives nobles. On fait semblant de ne pas voir, sous la table, le prince nu qui caquette de ci de là et bat des ailes à tour de bras. Le vagabond se déshabille, le rejoint et pépie :
- Bonjour.
L’autre s’étonne.
- Qui es-tu ? Que fais-tu dans mon poulailler ?
- Hé, ne vois-tu pas ? je poulaille. C’est normal, je suis un poulet.
- Toi aussi ? lui répond le prince. Goûte ces grains, ils sont fameux.
Ils folâtrent, ils caquètent. Le lendemain nouveau repas, retrouvailles parmi les pieds sous les plis de la longue nappe. L’homme se glisse entre les chaises, sort de l’ombre, se dresse droit, étire ses membres. Le prince poulet s’éberlue.
- Mais qu’est-ce que tu fais ? Tu es fou !
- Eh bien quoi, l’ami, répond l’autre, ce n’est pas parce qu’on est volaille que l’on doit vivre à croupetons. Poulets, d’accord, mais poulets libres. C’est ma devise. Allons, viens donc !
Le prince, extasié :
- Alors là, tu m’épates. Mais c’est vrai, bon sang de bois, nous ne sommes pas des esclaves !
Le lendemain midi, sous la table :
- Bonjour !
L’homme se ratatine. Il frissonne.
- J’ai froid. Attends, j’ai une idée.
Il sort, enfile sa chemise, ses chaussettes, son pantalon. Le prince couine :
- Mais enfin ! Tu ne vas tout de même pas te déguiser en être humain !
- Et pourquoi pas ? Qu’est-ce qui m’empêche ? Y a-t-il une loi quelque part qui stipule que le costume est réservé à ces gens-là ? Nous avons le droit, nous, poulets, de nous vêtir comme il nous chante !
Vient le jour où ils s’attablèrent parmi les convives gênés.
- Mais enfin, Bon-Bec, mon ami, nous sommes poulets, tout de même ! Nous ne pouvons manger, boire, parler, roter comme le font ces déplumés, ce n’est vraiment pas convenable !
- Je vais te dire un grand secret, lui répondit son compagnon. On peut tout faire comme un homme et rester, de cœur et d’esprit, un incontestable poulet. Tout le monde, d’ailleurs, joue plus ou moins un rôle. Certains sont des loups ou des chiens. Après tout, mon fils, être humain, pour une volaille, c’est bien.

D'après Henri Gougaud, Le livre des chemins.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire